En Italie, une étrange épidémie aux inquiétants symptômes n'a fait aucun mort et a, au contraire, sauvé des vies

En 1943, alors que les nazis envahissent l'Italie et que Mussolini reprend le pouvoir, un hôpital romain voit ses couloirs se remplir de malades touchés par une étrange épidémie. La maladie, identifiée comme hautement contagieuse par le médecin-chef de l'établissement, va frapper des centaines de personnes. Mais elle ne fera aucun mort. Au contraire, le syndrome K va plutôt contribuer à sauver des vies. Dans le cadre de son dossier "Il était une fois", LaLibre.be se replonge dans un important épisode de la Seconde Guerre mondiale, qui reste pourtant assez méconnu.

En Italie, une étrange épidémie aux inquiétants symptômes n'a fait aucun mort et a, au contraire, sauvé des vies
©SHUTTERSTOCK
Octobre 1943. La terreur règne dans les rues de Rome. Revenu au pouvoir durant le mois de juillet avec l'aide d'Adolf Hitler, Benito Mussolini dirige le pays d'une main de fer. Assassinats et déportations de juifs ou d'opposants politiques sont devenus monnaie courante. Et les Romains sont loin d'être arrivés au bout de leur peine… Le 16 octobre, la...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet