Londres lève encore plus de restrictions malgré une envolée des cas

Les personnes totalement vaccinées ne devront bientôt plus s'isoler en Angleterre en cas de contact avec un malade du Covid-19, a annoncé mardi le gouvernement britannique, un relâchement supplémentaire des restrictions malgré l'anticipation d'une envolée des cas, jusqu'à 100.000 quotidiens.

placeholder
© Reporters / Goff
AFP

À partir du 16 août, les adultes considérés comme des cas contacts, qui ont reçu deux doses d'un vaccin contre le coronavirus depuis au moins deux semaines, échapperont, de manière générale, à une période de dix jours d'isolement, a précisé le ministre de la Santé, Sajid Javid, devant les députés.

Ils devront toutefois se soumettre à un test de dépistage et s'isoler s'ils sont positifs.

Les mêmes règles s'appliqueront aux jeunes de moins de 18 ans, qui ne prennent pas encore part à la campagne de vaccination au Royaume-Uni.

Les enfants fréquentant l'école ne seront plus non plus regroupés par bulles, englobant par exemple une année scolaire entière, ce qui a eu pour conséquence jusqu'ici de contraindre des dizaines d'entre eux à s'isoler d'un coup à la maison quand un cas positif était détecté.

Cette règle a entraîné un absentéisme record dans les écoles, qui ont rouvert début mars après un long confinement hivernal, avec des centaines de milliers d'enfants ayant manqué les cours.

Ces nouvelles mesures ont été dévoilées au lendemain de l'annonce par le Premier ministre conservateur, Boris Johnson, de la levée dès le 19 juillet des restrictions sanitaires encore en vigueur en Angleterre contre le coronavirus, dont l'obligation de porter un masque dans les endroits publics fermés - une décision controversée.

Appelant à la "responsabilité individuelle" face au virus et misant sur la campagne de vaccination, il a toutefois reconnu que la pandémie était "loin d'être terminée" et que les contaminations, en forte hausse depuis plusieurs semaines, pourraient atteindre 50.000 par jour d'ici au 19 juillet, contre un peu moins de 30.000 ces derniers jours.

Les cas positifs pourraient s'élever jusqu'à 100.000 par jour plus tard cet été, a admis mardi le ministre de la Santé Sajid Javid, en raison de la poussée du variant Delta, beaucoup plus contagieux, qui représente la quasi-totalité des nouveaux cas.

Mais la vaccination massive de la population a "affaibli" le lien entre les contaminations, les hospitalisations et les morts, a-t-il souligné.

L'Écosse, le Pays de Galles et l'Irlande du Nord, qui définissent leur propre calendrier face à la crise sanitaire, ont opté pour une levée plus lente des restrictions.

Sur le même sujet