Opération du pape : l'intervention a été plus invasive que prévu, mais "il se trouve dans de bonnes conditions générales"

Les chirurgiens ayant opéré dimanche le pape François du côlon ont d'abord effectué une laparascopie, qui permet d'introduire des instruments à travers une incision, mais ont dû finalement recourir à la chirurgie classique, plus invasive, ont rapporté mardi les médias italiens.

Opération du pape : l'intervention a été plus invasive que prévu, mais "il se trouve dans de bonnes conditions générales"
©Shutterstock
AFP

En outre, il n'a pas été nécessaire de recourir à une colostomie, une ouverture artificielle du côlon permettant l'évacuation des selles dans une poche, et aucune fièvre post-opératoire n'a été constatée, ont-ils précisé.

Le pape, âgé de 84 ans, "se trouve dans de bonnes conditions générales, il est alerte et respire sans assistance" après une "colectomie gauche" (ablation d'une portion de côlon) d'"environ trois heures" sous anesthésie générale, programmée selon le Vatican pour soigner une sténose diverticulaire symptomatique du côlon, avait indiqué lundi le Vatican dans un communiqué.

"Il devrait rester hospitalisé (à l'hôpital Gemelli de Rome) une semaine environ sauf complications", avait-il précisé.

La première technique opératoire à laquelle les chirurgiens ont recouru, la laparoscopie ("regarder la paroi") ou coelioscopie ("regarder le ventre), repose sur l'utilisation d'un endoscope, un instrument souple comprenant tube optique, lumière et caméra pouvant être associé à des instruments chirurgicaux.

Toutefois, la présence d'une cicatrice due à une intervention chirurgicale précédente au niveau de l'abdomen a contraint l'équipe médicale à changer de méthode, selon les médias italiens. Ce qui n'est pas inhabituel, selon les experts de santé.

François se trouve dans la même chambre au dixième étage de l'hôpital Gemelli que celle utilisée par le pape Jean Paul II, opéré à plusieurs reprises dans cet hôpital, notamment après une tentative d'assassinat en 1981 et pour une tumeur au côlon en 1992.

Cette chambre, surnommée Vatican III en raison des nombreux séjours de Jean Paul II, contraint alors d'abandonner ses deux premières résidences au Vatican et à Castel Gandolfo près de Rome, dispose d'un petit salon doté d'un autel.

Le pape souffre d'une inflammation potentiellement douloureuse des diverticules, hernies ou poches qui se forment sur les parois de l'appareil digestif et dont la fréquence augmente avec l'âge. Une des complications possibles de cette affection est la sténose, c'est-à-dire un rétrécissement de l'intestin.

Selon le quotidien Il Corriere della Sera, le pape a voulu planifier cette opération au début de l'été, lorsque ses obligations officielles sont allégées, pour pourvoir effectuer tranquillement sa convalescence.

La pape a déjà suspendu ses audiences générales du mercredi et pour le moment son prochain rendez-vous officiel est fixé pour dimanche avec la traditionnelle prière de l'Angelus. Si comme prévu il est toujours hospitalisé à cette date, il pourrait prononcer la prière depuis sa fenêtre d'hôpital, comme Jean Paul II, et non depuis la fenêtre du palais apostolique donnant sur la place Saint-Pierre.