Coronavirus dans le monde: les cas augmentent à nouveau aux USA, situation catastrophique en Tunisie

Le point sur la pandémie.

AFP

Asie

Dans une Asie durement touchée par la flambée épidémique portée par le variant Delta, plus contagieux, la ministre japonaise des Jeux Olympiques, Tamayo Marukawa, a annoncé "qu'il n'y aura pas de spectateurs dans les sites à Tokyo" à l'issue d'une réunion avec toutes les parties prenantes aux JO, y compris le Comité international olympique (CIO).

Cette annonce intervient quelques heures après la décision du gouvernement nippon de remettre en place un état d'urgence sanitaire à Tokyo à compter de lundi jusqu'au 22 août, un dispositif qui englobera ainsi toute la période des JO, alors que la ville recense actuellement environ 900 cas de Covid-19 par jour.

Avant l'annonce de ces mesures, le ministre japonais chargé du dossier Covid-19, Yasutoshi Nishimura, avait indiqué que "le nombre de nouveaux cas continue d'augmenter à Tokyo", et que "le variant Delta, plus infectieux, représente désormais environ 30% des cas".

L'Indonésie, quatrième pays le plus peuplé au monde avec près de 270 millions d'habitants, est, elle, confrontée à sa pire vague épidémique depuis le début de la crise, avec des centaines de décès et plus de 30.000 nouveaux cas chaque jour.

Le système de santé est débordé par un afflux de patients, et les Indonésiens s'arrachent l'ivermectine, un traitement antiparasitaire plébiscité comme un remède miracle contre le Covid-19, en dépit des recommandations officielles contre ce produit.

"Nous n'en avons plus car de nombreux clients sont venus en acheter", témoigne Yoyon, responsable d'une association professionnelle de pharmaciens de la capitale.

Le pays a élargi mercredi ses restrictions, alors que des mesures drastiques étaient déjà en place depuis samedi sur les îles de Java et Bali.

Les nouvelles restrictions, en vigueur jusqu'au 20 juillet, s'appliqueront à des dizaines de villes, de Sumatra (ouest) jusqu'à la Papouasie occidentale (est).

Amérique

USA: les cas augmentent à nouveau

Ailleurs en Asie, le Vietnam a décrété un confinement à Ho Chi Minh-Ville. À partir de vendredi, les neuf millions d'habitants seront tenus de rester chez eux pendant deux semaines, après que 8.000 cas aient été enregistrés dans la ville.

La Corée du Sud, autrefois considérée comme un modèle face au coronavirus, a signalé jeudi près de 1.300 nouvelles infections, un record depuis le début de la pandémie.

Le gouvernement australien a annoncé qu'il allait envoyer 300.000 doses de vaccin à Sydney, la plus grande ville du pays, qui en est à sa troisième semaine de confinement.

Aux Etats-Unis, où la campagne de vaccination a pourtant été un succès, les cas de Covid-19 augmentent à nouveau, selon les données des autorités sanitaires.

La situation sanitaire est "catastrophique" en Tunisie, qui enregistre ces dernières semaines un nombre record des contaminations au Covid-19, a annoncé jeudi la porte-parole du ministère de la Santé, évoquant l'"effondrement" du système sanitaire.

Au Brésil, deuxième pays le plus touché au monde par la pandémie après les Etats-Unis, le variant Delta "circule déjà" dans l'Etat de Sao Paulo, le plus peuplé du pays, ont annoncé les autorités sanitaires locales.

Afrique

Recrudescence des cas en Afrique

L'Afrique a connu une augmentation en flèche du nombre de cas de Covid-19, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a cependant noté jeudi des progrès dans la distribution des vaccins sur le continent. "L'Afrique vient de vivre la semaine la plus désastreuse de l'histoire des pandémies sur le continent. Mais le pire reste à venir, car la troisième vague ne cesse de s'étendre de façon accélérée et gagne du terrain", a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l'Afrique.

La montée vertigineuse des cas de Covid-19 va se poursuivre pendant quelques semaines. "Le nombre de cas double tous les 18 jours, contre 21 jours il y a tout juste une semaine", a-t-elle expliqué lors d'une conférence de presse virtuelle.

En l'espace d'une semaine, au 4 juillet, plus de 251.000 nouveaux cas de Covid-19 étaient signalés sur le continent, soit une hausse de 20% par rapport à la semaine précédente, selon l'OMS.

L'Afrique a enregistré 5.730.638 cas de Covid-19, avec 147.125 décès, selon les derniers chiffres datés de mercredi.

La recrudescence actuelle de l'épidémie intervient tandis que les taux de vaccination restent faibles en Afrique, où seulement 16 millions d'Africains sont complètement vaccinés, soit 2%.

"Néanmoins, l'espoir est permis. Après le ralentissement considérable constaté au cours du mois de mai et au début du mois de juin, la distribution des vaccins par le mécanisme COVAX reprend de la vitesse", s'est réjoui la directrice Afrique de l'OMS.

D'après l'OMS, plus de 1,6 million de doses ont été déployées en Afrique par le mécanisme COVAX. Par ailleurs, plus de 20 millions de doses des vaccins Johnson et Johnson/Janssen et Pfizer-BioNTech sont attendues très prochainement sur le continent africain, en provenance des États-Unis.

La méfiance envers le vaccin est largement répandue dans plusieurs pays africains, où de nombreuses théories du complot circulent sur les réseaux sociaux.

Situation "catastrophique" et système de santé "effondré" en Tunisie

La situation sanitaire est "catastrophique" en Tunisie, qui enregistre ces dernières semaines un nombre record des contaminations au Covid-19, a annoncé jeudi la porte-parole du ministère de la Santé, évoquant l'"effondrement" du système sanitaire. "La situation sanitaire actuelle est catastrophique (...) le taux des cas a augmenté énormément. Le système sanitaire s'est malheureusement effondré", a déclaré Nissaf Ben Alya lors d'un entretien accordé à une radio tunisienne.

Selon Mme Ben Alya, il est désormais difficile de trouver un lit disponible ou d'avoir la quantité nécessaire d'oxygène dans les hôpitaux du pays.

"Si nous n'unissons pas nos efforts, la catastrophe (sanitaire) va empirer", a-t-elle mis en garde.

Les hôpitaux en Tunisie connaissent depuis deux semaines un important afflux de patients durant cette vague de propagation du Covid-19, qui atteint des niveaux inédits.

Mardi, la Tunisie a enregistré 9.823 cas dont 134 décès en une journée, des chiffres jamais atteints depuis mars 2020. Au total, le pays a connu 464.914 cas dont 15.735 décès, pour environ 12 millions d'habitants.

Sur les réseaux sociaux, des images circulent, montrant des patients à même le sol dans des hôpitaux débordés dans la capitale ou dans des régions pauvres, comme Kairouan (centre).

Les hôpitaux de campagne mis en place ces derniers mois ne suffisent plus: 92% des lits de réanimation dans le public sont actuellement occupés et ceux de la capitale sont pleins, selon les chiffres du ministère de la Santé publiés sur sa page Facebook officielle.

Pour limiter la propagation du virus, les autorités ont ordonné le confinement de la population dans six gouvernorats où le taux de propagation du virus est particulièrement élevé, dont Tunis et sa banlieue.

La campagne de vaccination dans le pays garde un rythme lent, juge des observateurs. Sur plus 3 millions de personnes inscrites pour se faire vacciner, seulement 608.332 ont reçu les deux doses.

Europe

Plus de quarantaine pour les Britanniques vaccinés revenant de plusieurs pays touristiques

Les résidents britanniques totalement vaccinés seront bientôt dispensés de quarantaine à leur retour en Angleterre en provenance de nombreux pays placés sur liste "orange", dont des destinations touristiques comme la France, l'Espagne ou l'Italie, a annoncé jeudi le gouvernement britannique.

Cette mesure, qui s'inscrit dans le cadre de la levée des dernières restrictions liées au coronavirus au Royaume-Uni prévue le 19 juillet, baptisé "jour de la liberté", était réclamée de longue date par les professionnels du tourisme, sévèrement touchés par la pandémie.

A partir de cette date, "les résidents britanniques totalement vaccinés (...) ne devront plus s'isoler à leur retour en Angleterre", a déclaré le ministre des Transports, Grant Shapps, devant les députés. Les voyages vers les pays "orange" ne seront plus non plus déconseillés.

Les enfants, qui ne sont pas encore inclus dans la campagne de vaccination au Royaume-Uni, échapperont également à la quarantaine allant jusqu'à dix jours.

Un test réalisé 72 heures maximum avant le départ et au deuxième jour après l'arrivée continuera d'être exigé.

Afin d'accueillir à nouveau des voyageurs étrangers, cette approche devrait être étendue "plus tard cet été" aux passagers en provenance des Etats-Unis ou de l'UE, a précisé Grant Shapps.

Jusqu'ici, plus de 64% des adultes au Royaume-Uni ont reçu deux doses d'un vaccin anti-Covid, et 86% une première dose. L'objectif est de vacciner totalement tous les plus de 18 ans d'ici mi-septembre.

Malgré l'avancement de la campagne de vaccination, le pays est confronté depuis plusieurs semaines à une envolée des contaminations attribuée au variant Delta. Déplorant plus de 128.000 morts, le Royaume-Uni a enregistré mercredi près de 32.600 cas quotidiens, un plus haut depuis janvier.

Les voyageurs venant de pays placés sur liste "rouge" continueront d'être soumis à une quarantaine à l'hôtel, aux frais du voyageur. Les personnes arrivant de pays sur liste "verte" étaient eux déjà dispensés de quarantaine.

Cette annonce intervient alors que plus de 120 scientifiques et médecins de part le monde ont exprimé leur inquiétude quant à la réouverture totale de l'Angleterre.

Dans la revue médicale The Lancet, ils appellent le gouvernement à revenir sur ses projets qu'ils qualifient d'"expérience dangereuse et contraire à l'éthique".

En permettant la contamination de millions de personnes, surtout les jeunes non vaccinés, "cette stratégie risque de créer une génération confrontée à des problèmes de santé chroniques et des infirmités, avec un impact personnel et économique risquant de se faire sentir pendant des décennies".

Elle offre aussi un "terrain fertile" pour l'émergence de variants résistants aux vaccins et risque d'accentuer la pression sur les services de santé, le lien entre vaccination et hospitalisation ayant été affaibli mais pas "brisé".

La jeunesse ciblée

La situation sanitaire s'est brutalement détériorée ces derniers jours en Espagne, avec une explosion du nombre de contaminations au Covid-19 chez les jeunes, et la Catalogne (nord-est) a décidé mardi de réimposer des restrictions.

Au Portugal, la part du variant Delta dans les nouveaux cas de coronavirus détectés dans le pays a augmenté à presque 90%, selon un rapport.

L'Algérie a, elle, dépassé la barre des 500 contaminations quotidiennes, pour la première fois depuis novembre 2020, alors que le pays le plus peuplé du Maghreb craint une nouvelle vague de Covid-19.

En Russie, pays qui a enregistré la semaine passée plusieurs records de décès quotidiens à Moscou et à Saint-Pétersbourg, la situation s'aggrave tandis que la vaccination de la population est très poussive.

En Europe, le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes a conseillé aux Français jeudi "d'éviter l'Espagne et le Portugal" cet été.

Grèce

La Grèce va autoriser de nouveau la présence du public à des évènements sportifs professionnels, mais uniquement pour les personnes vaccinées et masquées, a indiqué le ministre grec des Sports jeudi. Les supporters grecs sont privés de tribunes depuis un an en raison des restrictions sanitaires contre le Covid-19.

Les personnes majeures devront présenter un certificat de vaccination au moment de l'achat du billet, et les personnes mineures un test PCR ou antigénique négatif.

L'affluence sera en outre restreinte à 80% de la capacité maximale en plein air, dans la limite de 25.000 personnes, tandis que les lieux en intérieur ne pourront accueillir que 60% de la jauge maximale, et pas plus de 3.000 personnes.

Le ministre n'a pas révélé la date précise d'entrée en vigueur de ces mesures, mais elles pourraient vraisemblablement être appliquées dès ce mois-ci à l'occasion des matches amicaux de pré-saison de football.