La Tchétchénie de Ramzan Kadyrov, le royaume de la peur

Ramzan Kadyrov est à la tête de cette petite république du Caucase depuis 2007. Il tient ses administrés d’une main de fer grâce à sa milice personnelle, sous l’œil bienveillant de Moscou.

placeholder
© AP
Paul Gogo, envoyé spécial à Grozny
Eldar (*), la quarantaine, grimpe dans son 4x4 et propose d’aller "rouler dans le centre-ville". À Grozny, la capitale de la Tchétchénie, l’habitacle d’une voiture reste l’endroit le plus sûr pour parler politique. Les vitres teintées et le bruit des moteurs qu’on aime faire ronfler à la nuit tombée assurent une certaine discrétion, mais les mots se taisent à l’approche des feux rouges. "Ça va t’intéresser, ce soir il faut que je mette quelque chose au clair", lance Eldar. Il y a quelques semaines, ce citoyen sans problème, discret, cultivé a certainement échappé au pire. "On m’a donné rendez-vous en ville. Sur place, des hommes sont montés dans ma voiture pour fouiller mon téléphone. Ils cherchaient à savoir si j’étais en contact avec un vieil ami. Heureusement, nos derniers échanges dataient de plusieurs années. C’est lui qu’on va retrouver ce soir." La voiture s’arrête dans la banlieue de la capitale, l’ami...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité