Obligation de vaccination pour tous les soignants, usage du pass sanitaire étendu, tests PCR payants: voici les nouvelles mesures prises par Emmanuel Macron

Emmanuel Macron s'est adressé aux Français à 20h lundi soir, deux mois et demi après l'annonce du calendrier de déconfinement, quelque peu mis à mal par la reprise de l'épidémie.

Ad.R.

Le chef d'État a débuté son discours par un point sur la situation sanitaire en France, où les indicateurs de l'épidémie marquent depuis début juillet une hausse des contaminations, comme c'est le cas chez nous.

"Nous avons réussi à passer sous les 2.000 contaminations, grâce à grand un plan de vaccination. Les hospitalisations et les décès sont au plus bas depuis un an", a commencé le président français, rappelant les mesures sanitaires strictes - comme la fermeture des écoles pendant de longues semaines - qui ont porté leurs fruits ces derniers mois. "Nous avons eu raison de garder un équilibre entre liberté et protection de la population [...] mais nous faisons face à une reprise forte de l'épidémie", a poursuivi Emmanuel Macron, ajoutant que la situation était "pour le moment maîtrisée".

Vaccination obligatoire pour les soignants

Pour éviter une augmentation exponentielle jusqu'en août, le président et ses ministres ont décidé, lors du conseil de défense sanitaire qui s'est tenu ce lundi, de prendre de nouvelles mesures sanitaires. Il a annoncé que la vaccination était rendue obligatoire "sans attendre" pour tous les soignants en contact avec des personnes fragiles, soit précisément "les personnels soignants et non soignants des hôpitaux, des cliniques, des maisons de retraite, des établissements pour personnes en situation de handicap, pour tous les professionnels ou bénévoles qui travaillent au contact des personnes âgées ou fragiles, y compris à domicile". 

Ils ont jusqu'au 15 septembre pour être vaccinés, et ensuite, "des contrôles seront opérés et des sanctions seront prises" pour les personnes concernées qui n'auront pas suivi cette obligation. "Le vaccin est notre bouclier collectif", a lancé le Président, qui n'a pas exclu que le vaccin devienne un jour obligatoire pour tous les Français, si vraiment la situation sanitaire le nécessite. Cependant, le chef d'État préfère actuellement faire "le choix de la confiance", tout en appelant tous ceux qui n'ont pas encore été vaccinés à le faire "au plus vite".

En complément de la vaccination, il a annoncé de nouvelles mesures. "L'état d'urgence sanitaire sera déclaré dès mardi en Martinique et sur l'Ile de la Réunion, et un couvre-feu sera instauré". Pour le reste du territoire, les restrictions porteront plutôt sur les personnes non vaccinées, et plus sur l'entièreté des Français, a expliqué Emmanuel Macron. "Pour en finir durablement avec la pandémie, nous devons vacciner partout", a-t-il ajouté.

Pass sanitaire étendu

Comme attendu, il a ensuite abordé le pass sanitaire, qui sera donc étendu à tous les lieux de loisirs et de culture qui rassemblent plus de 50 personnes, dès le 21 juillet. "Tous les compatriotes de plus de 12 ans devront présenter cette preuve de vaccination pour assister à un spectacle, rentrer dans un parc d'attraction, etc". Et dès le mois d'août, le pass sanitaire sera d'application dans les cafés, les restaurants, les centres commerciaux, les hôpitaux, les maisons de retraite, les établissements médico-sociaux, mais aussi dans les avions, trains et cars pour les longs trajets. "Là encore, seuls les vaccinés et les personnes testées négatives pourront accéder à ces lieux, qu’ils soient d’ailleurs clients, usagers ou salariés", a détaillé Macron.


À partir de l'automne, les tests PCR seront rendus payants, sauf en cas de prescription médicale, "afin d’encourager la vaccination plutôt que la multiplication des tests". Pour les voyageurs étrangers "en provenance de pays à risque" qui souhaitent rentrer en France, les contrôles seront renforcés aux frontières, a bien précisé le Président.

Sur le même sujet