Présidentielle française: quatre candidats officiellement en lice pour la primaire écologiste

La députée Delphine Batho, l'eurodéputé Yannick Jadot, le maire de Grenoble Eric Piolle et l'ancienne numéro 2 d'EELV Sandrine Rousseau se sont officiellement élancés lundi dans la bataille indécise de la primaire écologiste de septembre.

L'eurodéputé écologiste Yannick Jadot.
L'eurodéputé écologiste Yannick Jadot. ©AFP
AFP

La famille écologiste organisait une conférence de presse à la brasserie L'Européen, à Paris, afin de présenter les quatre candidats ayant reçu les 28 soutiens nécessaires, sur 219 parrains et marraines répartis entre les cinq organisations (EELV, Générations, Mouvement des progressistes, Génération écologie, Alliance écologiste indépendante).

Dans une ambiance tiède, sous une lumière tamisée et entre des murs tapissés de miroirs, l'une des organisatrices, Hélène Hardy, a estimé que la primaire, dont le premier tour aura lieu du 16 au 19 septembre et le second du 25 au 28 septembre, serait "l'événement de la rentrée". Deux débats publics minimum en constitueront les temps forts.

Alors que l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon est déjà candidat à la présidentielle de 2022 et que la maire PS de Paris Anne Hidalgo, qui rassemble ses soutiens à Villeurbanne lundi, a écarté l'idée d'une primaire socialiste, les écologistes ont vanté leur choix.

"Nous sommes les seuls à être clairs pour la présidentielle, avec un processus transparent, ouvert, démocratique, pour que tout le monde puisse s'y retrouver", a déclaré Hélène Hardy.

Les écologistes ont cependant à relever le défi de la participation à une primaire circonscrite à l'été. Eric Piolle a d'ailleurs reconnu que le chiffre de deux millions de votants, atteint par le Parti socialiste en 2017, était difficilement atteignable avec l'option du vote numérique, le parti n'ayant par ailleurs pas "la force (financière et militante) d'organiser un vote physique".

"Loyauté"

Au-delà de leurs différences, les quatre concurrents étaient donc là lundi matin "pour tous ensemble appeler les Français à s'inscrire massivement afin de donner à l'écologie l'élan dont elle a besoin pour gagner l'élection présidentielle", a lancé Delphine Batho.

Les sondages ne placent aucun des candidats de gauche testés par les études en position de se qualifier au second tour de la présidentielle ? La primaire aura pour mission de dire que "non, la gauche écologiste n'est pas morte" et "tout ne se joue pas dans l'isoloir en avril 2022 entre Macron et Le Pen", a argué Sandrine Rousseau.

Les quatre candidats, assis côte à côte lundi, n'ont donc pas même sorti des fleurets mouchetés. Sandrine Rousseau a tout de même fait valoir sa différence: "Economiste, enseignante, féministe, je porte une écologie pour tous, qui incarne les mouvements sociaux et sociétaux".

Déclarée dès l'automne dernier, l'ancienne secrétaire nationale adjointe d'EELV, qui avait quitté la vie politique après les accusations d'agressions sexuelles qu'elle avait formulées, avec d'autres femmes, contre le sénateur Denis Baupin, espère bousculer le duel annoncé entre Yannick Jadot et Eric Piolle.

L'eurodéputé et ex-tête de liste aux européennes réussies de 2019 jouit de la notoriété la plus grande selon les sondages, traçant le sillon d'une écologie s'assurant le concours des entrepreneurs. Eric Piolle, lui, compte sur l'expérience du rassemblement victorieux par deux fois qu'il a opéré à Grenoble avec toutes les forces de gauche, qu'il nomme "arc humaniste".

Insistant sur la dimension sociale, il a aussi pris soin de ne pas passer seulement pour le candidat chouchou des militants de toujours: "Je n'ai jamais mis les pieds à un conseil fédéral d'EELV, jamais signé une motion de ma vie".

Yannick Jadot a pris la trajectoire inverse ces derniers mois: parfois critiqué pour sa distance avec l'identité du parti et de la gauche, il a organisé une réunion des gauches en avril, ou encore participé au conseil fédéral d'EELV samedi. "La famille écologiste est unie, ça ne fait aucun doute et je suis fier d'en faire partie", a-t-il assuré, évoquant "sa loyauté depuis 1999".

Quant à Delphine Batho, tenante de la "décroissance", elle a espéré que la primaire ne soit pas dans les faits "réservée aux adhérents des partis", consciente que la base militante d'EELV ou encore de Générations ne sera pas prioritairement portée sur elle, ancienne socialiste qui ne veut pas d'alliances à gauche.

Sur le même sujet