L'un des derniers rescapés de la rafle du Vel d’Hiv s’indigne contre les anti-vaccins : "Je l'ai portée l'étoile moi, je sais ce que c'est"

En France, certaines personnes arborent l'étoile jaune et la mention “non-vacciné” pour exprimer leur mécontentement face à la mise en place du pass sanitaire pour accéder à certains lieux.

placeholder
© Capture d'écran

Au bord des larmes, Joseph Szwarc, l'un des derniers survivants de la rafle du Vel d'Hiv des 16 et 17 juillet 1942 encore vivant, s'est indigné suite à l'utilisation de l'étoile jaune lors des manifestations de ce week-end en France. "Je voudrais dire mon indignation devant ce qu'il s'est passé cette semaine", a-t-il déclaré lors de sa prise de parole durant une cérémonie à Paris organisée à l'occasion de la Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l'Etat français et d'hommage aux "Justes" de France.

"Cette comparaison est odieuse. Il faut se lever tous contre ces choses. Vous ne pouvez pas vous imaginer à quel point j'ai été touché. Les larmes me sont venues. Je l'ai portée l'étoile moi, je sais ce que c'est, je l'ai dans ma chair encore", a-t-il dit, visiblement ému. "C'est le devoir de tous de se lever, de ne pas laisser passer cette vague outrancière, antisémite et raciste qui rode dans les coins. Je crois que c'est un devoir primordial", a rappelé Joseph Szwarc.


La vidéo de son intervention, partagée plusieurs milliers de fois sur Twitter, a ému de nombreux internautes. 

En France, les anti-vaccins sont de plus en plus nombreux à exprimer leur mécontentement face à la mise en place du pass sanitaire. Plusieurs manifestations ont eu lieu ce week-end en France et des centres de vaccination ont été pris pour cible par des actes de vandalisme. A Toulon, Emmanuel Macron a été comparé à Hitler sur un panneau publicitaire

Sur le même sujet