"On est dans la quatrième vague" : face au variant Delta, Jean Castex insiste sur la vaccination

Alors qu'un Conseil de défense sanitaire s'est réuni ce mercredi matin, le Premier ministre français s'est exprimé sur le plateau de TF1.

Rédaction avec AFP

Jean Castex était l'invité du JT de TF1 ce mercredi. Il s'est s'exprimé à l'issue d'un conseil de défense (équivalent du Comité de concertation). Il en a profité pour réaffirmer la ligne du gouvernement par rapport à la situation sanitaire.

Le Premier ministre français n'a pas annoncé de nouvelles mesures alors que le pass sanitaire pour les lieux de loisirs et de culture entre en application ce mercredi. "Pendant le Conseil de défense sanitaire, les grands axes de la stratégie qui avaient été fixés lors de l'intervention du président de la République, le 12 juillet, ont évidemment été confirmés", a-t-il déclaré.

Pour autant, le gouvernement s'inquiète de la propagation du variant Delta. "On est dans la quatrième vague. Ce variant est bien là, il est majoritaire et beaucoup plus contagieux", a commenté Jean Castex, qui précise que "96% des 18.000 nouveaux détectés mardi n'étaient pas vaccinés". Le nombre de contaminations a bondi de 140% en une semaine.


Le pass sanitaire ne sera pas obligatoire dans les établissements scolaires, a annoncé le Premier ministre. "Toute notre stratégie depuis le début de la crise (...) a consisté à ce que les enfants de France soient le plus possible scolarisés. (...) Alors on ne va pas dire maintenant, si vous n'êtes pas vaccinés, d'autant que certains n'y peuvent rien, on va vous priver d'école. Donc pas de pass sanitaire dans les établissements scolaires"

En septembre, "nous allons mettre le paquet dans les collèges et dans les lycées pour vacciner", a-t-il ajouté. "Nous allons faire des vaccinations dans les collèges et dans les lycées à la rentrée et à cette occasion, nous proposerons aux professeurs qui n'ont pas encore été vaccinés de profiter de ce dispositif", a-t-il poursuivi, qualifiant de "satisfaisant" le taux de vaccination du personnel enseignant.

Le chef du gouvernement s'est aussi déclaré en faveur du "port du masque généralisé ou dans certaines zones où les concentrations sont fortes".

Objectif vaccination

Le Premier ministre s'est ravi des 3 millions de doses supplémentaires injectées depuis la prise de parole d'Emmanuel Macron le 12 juillet dernier. Tout en insistant sur l'objectif de "40 millions de primo-vaccinés" début août et 50 millions d'ici fin août. "Dans les 15 jours qui viennent, on va ouvrir 15 millions de rendez-vous", a-t-il promis.


Jean Castex s'est ensuite directement adressé aux non-vaccinés, alors que des milliers de personnes ont manifesté ces derniers jours contre l'obligation vaccinale et le pass sanitaire. "Vacciner, c'est fait pour se protéger et protéger les autres", a-t-il rappelé. "Il faut leur parler, et les emmener", insiste-t-il. "Mais nous serons intraitables" contre tous les non-vaccinés qui seraient amenés à se montrer violents par protestation", ajoute le premier ministre, citant la présence d'étoiles jaunes dans les manifestations anti-pass sanitaire ou l'incendie de plusieurs centres de vaccination.


Le chef du gouvernement a aussi indiqué que les personnes vaccinées ne pourront plus être considérées comme cas contact, et ce dès demain. "Les analyses faites sur ses personnes montrent qu’elles n’ont plus de chance d’attraper la maladie", a-t-il justifié.


Interrogé sur un nouveau confinement le Premier ministre n'a pas écarté l'idée : "Si je vous dis oui (écarter un nouveau confinement Ndlr), je suis sans doute irresponsable", a-t-il répondu. "Ensemble, il faut nous donner les moyens pour éviter ça".

Sur le même sujet