Le déni du génocide interdit en Bosnie, le chef des Serbes évoque la "dissolution"

Le Haut représentant de la communauté internationale en Bosnie a recouru vendredi à ses pouvoirs discrétionnaires pour interdire le déni du génocide et des crimes de guerre dans le pays divisé, où le massacre de Srebrenica est souvent minimisé par des dirigeants serbes.

Le déni du génocide interdit en Bosnie, le chef des Serbes évoque la "dissolution"
©AP

Le diplomate autrichien, Valentin Inzko, a pris cette décision une semaine avant de passer la main à l'Allemand Christian Schmidt. La prise de fonctions de ce dernier est prévue le 1er août mais sa nomination récente est contestée à l'ONU par la Russie et la Chine.

Saluée comme "historique" par des responsables bosniaques (musulmans), cette décision a été décriée par des dirigeants politiques serbes bosniens, notamment par le membre serbe de la présidence collégiale de la Bosnie, Milorad Dodik, qui a réitéré sa position sur le massacre de Srebrenica.

Commis quelques mois avant la fin de la guerre intercommunautaire (1992-95, 100.000 morts), le massacre de Srebrenica, dans lequel les forces serbes bosniennes ont tué environ 8.000 hommes et adolescents bosniaques musulmans, a été qualifié d'acte de génocide par la justice internationale.

Malgré leur condamnation à la perpétuité, en particulier pour leur rôle dans ce massacre, les ex-chefs politique et militaire des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic et Ratko Mladic, sont considérés comme des "héros du peuple serbe" par de nombreux Serbes. Le crime est régulièrement nié ou minimisé par des responsables politiques serbes, en Bosnie et en Serbie, qui généralement se contentent de reconnaître un "crime grave".

 "Ligne rouge"

"Il y a une ligne rouge (...) que je ne peux pas franchir. C'est pour moi inacceptable", a déclaré Milorad Dodik en conférence de presse. "Il n'y a pas eu de génocide et c'est l'opinion de nous tous".

Il a appelé à une "réponse féroce", évoquant même une "dissolution" de la Bosnie. La Parlement de la Republika Srpska, l'entité serbe du pays divisé selon des lignes de fracture ethniques, se réunira la semaine prochaine pour discuter de cette "réponse", a-t-il annoncé.

Le Haut représentant, dont le rôle est de veiller au respect de l'accord de paix de Dayton (Etats-Unis), a imposé plusieurs amendements au Code pénal bosnien, prévoyant des peines entre six mois et cinq ans de prison pour les personnes qui "approuvent publiquement, nient, minimisent grossièrement ou tentent de justifier le crime de génocide, le crime contre l'humanité et le crime de guerre", selon un document publié sur le site du bureau du Haut représentant.

Ces amendements entrent en vigueur immédiatement.

L'adoption d'une telle législation dans le Parlement central bosnien était bloquée depuis des années par les députés serbes.

"J'ai longtemps espéré que l'humanité et le bon sens prévaudraient, mais, malheureusement, nous assistons à une escalade de la glorification des criminels de guerre et à la remise en cause des jugements définitifs et contraignants" de la justice, a expliqué Valentin Inzko dans un communiqué.

"Geste contreproductif"

Le politologue allemand et spécialiste des Balkans, Bodo Weber, estime que le Haut représentant a sans doute pris une décision "personnelle" sans avoir consulté les chancelleries occidentales.

"Je comprends absolument Inzko et je soutiens ses objectifs. Mais (...) je pense que ça finira par être un geste profondément contreproductif", a déclaré l'analyste, cité sur le site de la télévision régionale N1.

Le Parquet d'Etat bosnien a de son côté annoncé qu'il se saisirait immédiatement des "opinions niant le génocide, les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre".

Bakir Izetbegovic, chef du principal parti bosniaque (SDA), a félicité Valentin Inzko "d'avoir mis fin avec dignité à son mandat en Bosnie". Il évoque une "décision humaine et civilisatrice au profit surtout des familles de victimes".

"Cette décision est importante pour nous, les mères, parce que nous serons protégées d'insultes, d'humiliations, comme seront protégés les verdicts de la justice", a commenté Munura Subasic, présidente de l'une des associations des mères de Srebrenica.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...