L’Unesco inquiète à propos de Sainte-Sophie

La Turquie a rejeté samedi les préoccupations formulées par le Comité du patrimoine mondial de l’Unesco quant à la transformation de la basilique Sainte-Sophie d’Istanbul en mosquée, estimant que ses décisions concernant les sites historiques d’Istanbul étaient inspirées par "la partialité et des motivations politiques".

L’Unesco inquiète à propos de Sainte-Sophie
©BELGA

Vendredi, le Comité du patrimoine mondial de l’Unesco a demandé à la Turquie de présenter d’ici 2022 un rapport sur l’état de conservation de la basilique Sainte-Sophie et exprimé sa "profonde préoccupation" sur les conséquences de la transformation en mosquée de ce célèbre édifice de l’époque byzantine. Le Comité a dit "regretter profondément l’absence de dialogue et d’information" sur la décision de la Turquie de changer le statut des musées de Saint-Sophie et de Saint-Sauveur-in-Chora, autre chef-d’œuvre de l’architecture byzantine.

Le ministère turc des Affaires étrangères a dit "rejeter les articles concernant des décisions du Comité du patrimoine mondial de l’Unesco compris comme étant inspirés par des préjugés, la partialité et des motivations politiques".

Sainte-Sophie et l’église de Chora sont des biens appartenant à l’État et ont été protégés "méticuleusement", a ajouté le ministère, accusant l’agence de l’Onu de violer la souveraineté de la Turquie.

La transformation en mosquée, le 10 juillet 2020, par les autorités turques de Sainte-Sophie, jusqu’alors un musée, avait déclenché une vague d’indignation internationale. Sainte-Sophie comme Saint-Sauveur-in-Chora sont situés dans les zones historiques d’Istanbul, inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco. 

Sur le même sujet