En France, des médecins, des élus et des restaurateurs reçoivent des menaces à cause du pass sanitaire

La situation semble s'envenimer en France depuis l'instauration du pass sanitaire.

En France, des médecins, des élus et des restaurateurs reçoivent des menaces à cause du pass sanitaire
© Belga

Depuis le 21 juillet, le pass sanitaire a été rendu obligatoire pour accéder à toutes sortes de services en France, tels que les lieux de loisirs et de culture rassemblant plus de 50 personnes. Prochainement, cet outil sera également d'application dans les restaurants, les cafés, tous les moyens de transport et tous les types d'événements (salons, foires...). Pour obtenir ce pass sanitaire, les citoyens français doivent soit présenter un test PCR négatif, soit un certificat prouvant qu'ils ont déjà eu le coronavirus ou encore avoir reçu les deux doses du vaccin.

Mais pour certains la mise en place de ce pass ne passe pas. Depuis plusieurs semaines, la capitale française est d'ailleurs devenue le théâtre de manifestations. Certains Français vont même encore plus loin en menaçant plusieurs professionnels tels que des médecins, des restaurateurs et même des élus. Une situation qui va trop loin pour toutes ces professions.

Auprès de nos confrères de BFMTV, la députée Patricia Mirallès a fait part d'un email menaçant qu'elle a récemment reçu. "Nous importons et fabriquons nos armes. D'abord, nous exécuterons les députés qui ont collaboré, car ce sont les cibles les plus faciles à atteindre. Ensuite, Macron et les membres du gouvernement le seront aussi, nous allons les tuer en toute occasion", peut-on notamment lire. Des propos d'une violence inouïe qui ont poussé la député à porter plainte.

Jean-Paul Ortiz, médecin et président de la Confédération des syndicats médicaux français, n'a pas été épargné non plus. "Connard de collabo", "pire que sous le régime vichiste", voici entre autres les insultes que le professionnel de la santé a pu recevoir. "C'est une assimilation qui est insupportable. Je suis médecin, je suis là pour soigner des individus, je suis là pour tout faire pour qu'ils se vaccinent. On ne peut pas laisser dire qu'on est des criminels collabos, c'est pas possible", s'est-il insurgé.

Mais ce sont surtout les personnes travaillant dans l'Horeca qui sont devenues sans le vouloir des cibles toutes trouvées. Comme le relate Le Parisien, les menaces sont devenues le quotidien de bon nombre de restaurateurs et tenanciers de cafés. "Qu'ils ne viennent pas chez nous, on peut le concevoir. Mais de là à nous dénigrer, nous insulter, nous mettre plus bas que terre… Je ne vois pas l'intérêt", a affirmé un restaurateur de Chambéry.

En Moselle il y a quelques semaines, le gérant du parc d'attractions Walygator a même été violemment pris à partie par un visiteur et a dû être emmené aux urgences. Face à cette montée de violence, l'Union des métiers et des industries de l’hôtellerie a envoyé une lettre au gouvernement afin de demander l’entrée en vigueur d'une infraction propre au pass sanitaire.