À Beyrouth, la classe politique se protège : "Les autorités entravent de façon éhontée la quête de vérité et de justice des victimes" de l'explosion

Dans les quartiers de Beyrouth dévastés par l’explosion d’il y a un an, la reconstruction se fraie un chemin. En charge de l’enquête, le juge Bitar a demandé à interroger une dizaine de politiciens et hauts gradés sécuritaires. En vain jusqu’ici.

À Beyrouth, la classe politique se protège : "Les autorités entravent de façon éhontée la quête de vérité et de justice des victimes" de l'explosion
©AP
Philippine de Clermont-Tonnerre, à Beyrouth
Des proches de victimes repoussés à coups de bâton et gaz lacrymogène. C’est le traitement qui fut réservé aux manifestants venus dénoncer, le mois dernier, devant le domicile du ministre libanais de...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet