Vaccins: l'UE signe avec un 7e producteur, l'entreprise pharmaceutique américaine Novavax

La Commission européenne a approuvé un nouveau contrat d'achat anticipé de vaccins contre le coronavirus, cette fois avec l'entreprise pharmaceutique américaine Novavax.

Vaccins: l'UE signe avec un 7e producteur, l'entreprise pharmaceutique américaine Novavax
©AFP
Belga

Il s'agit du 7e partenaire avec lequel l'exécutif européen signe un tel contrat, au bénéfice des 27 Etats membres. Le premier remonte à l'été dernier, avec AstraZeneca. Il avait été suivi d'accords d'achat anticipé avec BioNTech-Pfizer, Moderna, Janssen (Johnson & Johnson), Sanofi-GSK et CureVac. Novavax vient donc s'y ajouter, pour la fourniture de 100 millions de doses de vaccin avec une option pour 100 millions de plus. Les livraisons de ce vaccin, qui doit encore être autorisé par l'Agence europénne des médicaments (EMA), seraient attendues pour cette année encore, au quatrième trimestre, ainsi qu'en 2022 et 2023, selon la communication de la Commission.

La Commission a parallèlement mené des discussions avec la Française Valneva.

"La vaccination progresse dans l'UE et nous nous approchons de notre objectif de 70% de citoyens totalement vaccinés d'ici à la fin de l'été", a commenté via communiqué la commissaire à la Santé Stella Kyriakides. "Notre nouvel accord avec Novavax élargit notre portefeuille de vaccins en y incluant un autre vaccin à base de protéines, une plateforme qui s'est avérée prometteuse lors des essais cliniques".

Selon le "vaccine tracker" de l'ECDC, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, près de 60% (59,4%) de la population âgée de 18 ans et plus dans l'UE a déjà été intégralement vaccinée contre la Covid-19, c'est-à-dire avec deux doses de vaccin, sauf s'il s'agit du Janssen qui ne nécessite qu'une seule dose. Près de 538 millions de doses de vaccins ont déjà été livrées aux différents États de l'UE, qui ont la possibilité d'en partager également avec des pays à plus faible revenu. Les contrats conclus par la Commission européenne (qui couvrent actuellement "jusqu'à 4,4 milliards de doses") dépassent d'ailleurs largement ce qui est nécessaire pour vacciner toute la population adulte de l'UE. Même si on pense désormais à vacciner également les mineurs d'âge et à l'éventualité d'une future troisième dose, le but est également que les vaccins achetés au niveau européen profitent aussi au reste du monde, rappelle la Commission mercredi.

Sur les vaccins pour lesquels la Commission a signé des contrats d'achat anticipé au niveau européen, quatre sont actuellement utilisés, en Belgique et à travers l'UE: ceux de BioNTech-Pfizer, Janssen, Moderna et AstraZeneca. Ceux de Sanofi-GSK et de CureVac sont encore en cours d'évaluation par l'EMA, l'Agence européennes des médicaments, de même que le produit de Novavax. Il faut attendre ce feu vert avant que le produit ne puisse être mis sur le marché européen, sauf si un Etat décide individuellement d'une autorisation d'urgence.

La plupart des vaccins contre le coronavirus que l'on utilise depuis le début des campagnes de vaccination (Pfizer, Moderna, CureVac) sont des vaccins à ARN messager. Mais le produit de Novavax, comme celui de Sanofi-GSK, est un vaccin "à protéine recombinante". Il comprend des particules de protéines Spike spécifiques au coronavirus SARS-CoV-2, cultivées en laboratoire, ainsi qu'un adjuvant pour renforcer la réponse immunitaire de la personne vaccinée.

L'EMA mène une évaluation en continu de ce candidat vaccin depuis février dernier. Il s'agit aussi d'un vaccin qui s'administre en deux doses, à quelques semaines d'intervalle.