En France, les opposants au pass sanitaire manifestent pour le 4e week-end consécutif

De Toulon à Lille, des manifestations sont prévues samedi dans plus de 150 villes en France, contre l'extension du pass sanitaire et la vaccination obligatoire pour les soignants, validés jeudi par le Conseil constitutionnel.

En France, les opposants au pass sanitaire manifestent pour le 4e week-end consécutif
©afp
afp

Ces défilés, pour le quatrième week-end consécutif, ont lieu au lendemain d'un nouvel appel pressant lancé par Emmanuel Macron - "faites-vous vacciner" et alors que plus de 44 millions de Français ont reçu au moins une dose (65,9% de la population).

"Macron, ton pass (sanitaire), on n'en veut pas", avaient crié dès jeudi soir quelques centaines de manifestants à Paris, après sa validation par le Conseil constitutionnel. La loi qui élargit le pass sanitaire à de nouveaux lieux publics et instaure une obligation vaccinale pour les soignants a été publiée au Journal officiel vendredi.

A partir de lundi, il faudra a priori présenter un certificat de vaccination, un test PCR négatif au Covid-19 ou un certificat de rétablissement de la maladie pour avoir accès aux cafés et aux restaurants, salles de spectacles ou salons professionnels, ou encore pour faire un long trajet à bord d'un avion, train ou autocar.

Dans les cortèges, beaucoup disent refuser d'être "les cobayes" de nouveaux vaccins. Mais une bonne part des manifestants, parfois vaccinés, manifestent spécifiquement contre l'imposition du pass sanitaire qui constitue selon eux une "obligation vaccinale déguisée" et instaure "une société de contrôle".

Le ministère de l'Intérieur avait recensé au moins 204.000 manifestants le 31 juillet (contre 161.000 une semaine plus tôt). "On attend globalement le même nombre de manifestants" ce samedi, pronostique une source policière. "C'est un coup de massue", disait jeudi soir le manifestant parisien Nejeh Ben Farhat, "gilet jaune" de 42 ans, au sujet de la décision des Sages du Conseil constitutionnel qui ont validé l'essentiel du projet de loi sanitaire votée le 25 juillet par le Parlement.

"On a l'impression qu'une grande partie de la population a accepté son sort", déplorait-il. Comme la semaine dernière, l'affluence devrait être particulièrement forte en Provence-Alpes-Côtes d'Azur, notamment à Toulon, Montpellier et Nice. A Marseille, une manifestation, déclarée en partie seulement, s'élancera à 14H00 du Vieux-Port à l'appel de SUD et de sapeurs-pompiers. A Lyon, deux appels à manifestation ont été déclarés pour 14H00. Une douzaine de manifestations sont prévues dans les Hauts-de-France, l'Aube et les Ardennes, notamment à Lille, Abbeville, Reims ou Dunkerque.

La semaine dernière, les manifestations avaient parfois été émaillées de face-à-face tendus avec les forces de l'ordre et ponctuées d'invectives voire d'injures envers les médias. A Montpellier, des manifestants s'en étaient pris à un pharmacien qui effectuait des dépistages du Covid-19, certains le traitant de "collabo" et d'"assassin".

Sur le même sujet