Dans la crise biélorusse, l’Europe a un train de sanctions de retard

L’arsenal déployé par l’Union européenne n’a pas d’impact décisif sur le régime de Loukachenko.

President Lukashenko Press Conference - Minsk
©BELGAIMAGE
Ania Nowak, envoyée spéciale à Minsk
Il aura fallu que le régime d'Alexandre Loukachenko se rende coupable d'un détournement d'avion, celui du vol Ryanair reliant Athènes à Vilnius, le 23 mai, afin d'arrêter le journaliste Roman Protassevitch, pour que l'Union européenne passe à la vitesse supérieure concernant les sanctions contre la Biélorussie. C'est-à-dire qu'elle fasse en sorte que ne soient...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité