"Notre action visera à lutter contre le terrorisme sous toutes ses formes" : Emmanuel Macron annonce plusieurs initiatives en Afghanistan

Emmanuel Macron s'est exprimé ce lundi soir pour faire le point sur la situation en Afghanistan, dont la capitale est tombée hier aux mains des Talibans. Le président français a dit vouloir "mettre en sécurité nos compatriotes" et les Afghans ayant aidé la France. Il a par ailleurs annoncé le lancement d'une initiative européenne de lutte contre les flux migratoires irréguliers.

"À quelques milliers de kilomètres d'ici, un tournant historique est à l'oeuvre en Afghanistan", a débuté le président français. "Loin de nos frontières mais avec des conséquences majeures pour l'ensemble de la communauté internationale".

Emmanuel Macron a ensuite rappelé que la France avait été engagée pendant 13 années militairement en Afghanistan de 2001 à 2014, suite à la décision du président Chirac par solidarité aux alliés américains. "Avec un objectif clair : combattre une menace terroriste qui visait directement notre territoire et celui de nos alliés depuis l'Afghanistan devenu le sanctuaire du terrorisme". Le président Hollande a ensuite décidé en 2013, le retrait complet des troupes combattantes. "L'intervention militaire a donc cédé la place à l'action civile que nous avons continué de mener à bien", a expliqué Emmanuel Macron.

"En Afghanistan, notre combat était juste, et c'est l'honneur de la France de s'y être engagé", a-t-il déclaré. "La France n'y a jamais eu qu'un ennemi : le terrorisme". 90 soldats ont perdu la vie en Afghanistan durant ce conflit. "Ce combat portera un jour ses fruits et je vous demande de vous en souvenir".

Organisation des évacuations

Selon le président, la situation actuelle en Afghanistan demande des initiatives immédiates pour répondre à la catastrophe humanitaire. "L'urgence absolue est de mettre en sécurité nos compatriotes". Plusieurs ressortissants ont été préventivement évacués ces dernières semaines. "Nous sommes en contact avec tous les Français qui veulent rejoindre le sol national", a affirmé le président français qui a tenu à remercier les alliés américains présents sur place pour faciliter l'évacuation.

La France protège en ce moment le délégué de l'Union européenne et a apporté protection aux collaborateurs afghans de la représentation européenne. La France a également apporté protection et soutien à tous les personnels français d'organisation non-gouvernementale souhaitant quitter le pays. En outre, des opérations sont conduites depuis plusieurs années pour acceuillir en France les personnels civils afghans ainsi que leurs familles. "C'est notre devoir de protéger ceux qui nous aident", estime Macron. Près de 800 personnes sont déjà en France et plusieurs dizaines sont toujours sur place. "Nous les aiderons", a-t-il assuré.

Renforts sur place

Pour faciliter les dernières évacuations, le président français a également annoncé l'envoi de deux avions militaires et de forces spéciales qui seront sur place dans les prochaines heures. "J'entends aussi, au nom de la France, prendre plusieurs initiatives en lien étroit avec les autres Etats européens et nos alliés. Notre action visera à lutter efficacement contre le terrorisme sous toutes ses formes". Des initiatives communes seront prises avec le ministre britannique Boris Johnson dans les prochaines heures. "Le retour de la stabilité passera par une telle action politique et diplomatique au sein du conseil de sécurité".

Lutte contre les flux migratoires irréguliers

Le président a également abordé les flux migratoires qui devraient découler de la situation actuelle. "La France fait et continuera de faire son devoir pour protéger ceux qui sont menacés", affirme Emmanuel Macron. "Mais l'Afghanistan aura aussi besoin de ses forces vives et l'Europe ne peut pas à elle seule assumer les conséquences de la situation actuelle. Nous devons anticiper et nous protéger contre des flux migratoires irréguliers importants qui mettraient en danger ceux qui les empruntent et nourriraient les trafics de toute nature". Des initiatives de coordination des flux migratoires seront prises avec l'Allemagne.

"Si le destin de l'Afghanistan est entre ses mains, nous resterons au côté des Afghanes et des Afghans", a conclu Emmanuel Macron. "En disant très clairement à ceux qui optent pour la guerre, l'obscurantisme et la violence aveugle qu'ils font le choix de l'isolement".