Espagne: fin de la canicule, un gigantesque incendie bientôt circonscrit

Les secours étaient toujours à pied d'oeuvre lundi pour tenter de contenir l'avancée d'un grand incendie de forêt dans le centre-ouest de l'Espagne, où le mercure est un peu redescendu après une intense canicule ayant vu des records absolus de température.

Espagne: fin de la canicule, un gigantesque incendie bientôt circonscrit
©AFP
BELGA

Un millier de secouristes appuyés par des moyens aériens tâchaient de circonscrire ce feu, d'un périmètre compris entre 70 et 90 kilomètres et qui a dévasté au moins 12.000 hectares et entraîné l'évacuation ce week-end de près de mille habitants.

"La diminution du vent" et le travail des secours ont permis d'arriver à un "certain contrôle du périmètre" de l'incendie qui a démarré samedi à Avila, en Castille-et-Léon, à une centaine de kilomètres de Madrid, a expliqué le conseiller à l'Environnement de la région, Juan Carlos Suárez-Quiñones, lors d'une conférence de presse.

Si les conditions climatiques continuent de s'améliorer, on devrait "parvenir aujourd'hui à la stabilisation" de la situation, a-t-il poursuivi.

L'incendie d'Avila, comme des dizaines d'autres de taille moyenne, est le résultat de la vague de chaleur qui balaye l'Espagne depuis mercredi, avec des températures anormalement élevées grimpant jusqu'à 47,4 degrés samedi à Montoro, en Andalousie (Sud), un record absolu de température enregistré dans le pays, selon l'Agence nationale de métérologie (AEMET).

La vague de chaleur "se terminera lundi avec une baisse des températures sur tout le territoire, sauf dans l'extrême sud de l'Andalousie", a expliqué à la presse un porte-parole de l'agence, Ruben del Campo.

"Malgré cette baisse des températures, le risque d'incendie restera très élevé ou extrême aussi bien lundi que mardi dans tout le pays, après plusieurs jours de canicule qui ont asséché la végétation", a-t-il mis en garde.

Dans le Portugal voisin, les températures élevées du week-end, qui ont dépassé les 43 degrés dans certaines zones, ont également provoqué de nombreux incendies, presque tous contrôlés, sauf un dans la région touristique de l'Algarve (Sud), où plusieurs personnes ont été évacuées par précaution et où les secours continuent de lutter contre les flammes.

Incendies au Maroc: plus de 700 hectares brûlés, la mobilisation continue

La mobilisation continue lundi dans le nord du Maroc pour tenter de maîtriser les incendies qui ont déjà décimé plus de 700 hectares de forêt en trois jours, ont affirmé les autorités.

Plus de 500 personnes, dont des pompiers et des militaires, "sont toujours mobilisées pour venir à bout de ces incendies", a indiqué le chef du Centre national de gestion des risques climatiques forestiers, Fouad Assali, à l'agence de presse officielle MAP.

Quelque 725 hectares d'une forêt près de la ville touristique de Chefchaouen (nord) ont déjà été engloutis par les feux qui se sont déclarés samedi, a-t-il précisé.

Les équipes de pompiers sont épaulées par "quatre avions 'Canadair' des Forces Royales Air et quatre avions 'Turbo trush' de la Gendarmerie royale", a ajouté M. Assali.

Selon les journalistes de l'AFP sur place, les feux étaient en recul lundi, à l'exception de quelques surfaces enflammées éparses et sous contrôle.

Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de l'incendie qui n'a fait aucune victime humaine. Les températures élevées et les vents peuvent constituer des éléments déclencheurs.

Une vague de chaleur traverse le pays depuis vendredi, avec des températures pouvant aller jusqu'à 49 degrés, et se poursuit jusqu'à mardi, selon le Département de météorologie.

Une précédente vague de chaleur "exceptionnelle" entre le 9 et le 11 juillet avait déjà "favorisé le déclenchement de 20 feux" dans le royaume, incendiant 1.200 hectares de forêts, selon le Département des eaux et forêts.

Le bassin méditerranéen est touché ces deux dernières semaines par des feux, notamment en Grèce, en Turquie et en Algérie voisine, où plus de 90 personnes sont mortes ou portées disparues depuis lundi dernier dans les incendies.

Le réchauffement du climat augmente la probabilité des canicules et des sécheresses et par ricochet, des incendies.

Sur le même sujet