Retrait d'Afghanistan : la "plus grosse débâcle de l'Otan depuis sa création", pour le dirigeant du parti conservateur allemand

Le dirigeant du parti conservateur allemand d'Angela Merkel et candidat à sa succession à la chancellerie, Armin Laschet, a qualifié lundi le retrait d'Afghanistan des troupes occidentales de "plus grosse débâcle (...) de l'Otan depuis sa création".

Retrait d'Afghanistan : la "plus grosse débâcle de l'Otan depuis sa création", pour le dirigeant du parti conservateur allemand
© Reporters/DPA

"C'est la plus grande débâcle que l'Otan ait subie depuis sa création et c'est un changement d'époque auquel nous sommes confrontés", a souligné M. Laschet, le président de l'Union chrétienne-démocrate (CDU), après la victoire fulgurante des talibans en Afghanistan.

"Il est évident que cet engagement de la communauté internationale n'a pas été couronné de succès", a-t-il ajouté devant la presse alors que la question afghane s'est invitée dans la campagne électorale des législatives en Allemagne en vue du scrutin du 26 septembre.

"Après l'évacuation (en cours des Allemands et du personnel local afghan), une analyse crue des erreurs sera nécessaire en Allemagne avec les partenaires de l'Alliance et au sein de la communauté internationale", a poursuivi Armin Laschet.

De son côté la candidate des Verts, Annalena Baerbock a estimé que le gouvernement avait "fermé les yeux devant la réalité", ignorant les avertissements sur l'avancée rapide des talibans vers la capitale afghane ces dernières semaines.

Il est "plus que temps que le gouvernement allemand fasse enfin tout pour évacuer" les Allemands et le personnel afghan ayant travaillé pour la Bundeswehr ou des représentations allemandes, a-t-elle ajouté.

La responsable écologiste a dit souhaiter la mise en place de "contingents à 5 chiffres" (soit au moins 10.000 personnes) de personnes menacées par le prise du pouvoir des talibans.

La chancelière, qui quittera le pouvoir après les élections, a qualifié d'"amère" la situation en Afghanistan, soulignant que la responsabilité du retrait militaire revenait aux Etats-Unis, selon des propos rapportés à l'AFP par des participants à une réunion des cadres de la CDU.

L'Allemagne, pour ce qui la concerne, a identifié 2.500 personnes sur place qui pourraient être évacuées, essentiellement des Afghans et des membres de leurs familles ayant travaillé avec l'armée allemande.

A ce chiffre, s'ajoute une liste de 2.000 autres personnes, avocats et défenseurs des droits de l'homme, qui ont également exprimé le souhait de partir. En comptabilisant les membres de leurs familles, leur nombre grimpe à 10.000, a dit Mme Merkel.

Sur le même sujet