Un scénario surréaliste à la frontière franco-belge: le pass sanitaire obligatoire à gauche de la rue mais pas à droite

Du côté des restaurateurs de la rue en question, on déplore ce traitement de faveur différencié.

Un scénario surréaliste à la frontière franco-belge: le pass sanitaire obligatoire à gauche de la rue mais pas à droite
© Google Maps

C'est une situation totalement surréaliste que nous rapportent nos confrères de Libération. En effet, à Saint-Jans-Cappel, commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France, plusieurs restaurants ne sont pas logés à la même enseigne à cause du coronavirus.

En effet, une rue est particulièrement problématique car elle sert de frontière entre la France et la Belgique. A gauche, on se trouve route de Westourte et on est en France. Dès lors, les restaurants qui s'y trouvent doivent imposer le pass sanitaire. Mais de l'autre côté, sur l'autre trottoir, on se trouve rue Bellestraat, en Belgique. Ici, les restaurants ne sont pas contraints de demander le pass à leurs clients.

Bénédicte Duyck, 52 ans, est propriétaire du "Chalet du mont Noir", un restaurant du côté français de la rue. Elle déplore la situation. "Des habitués me disent qu'ils ne viendront plus chez moi car ils refusent le pass. Plusieurs d'entre eux m'ont dit qu'ils iraient en face", déclare-t-elle à nos confrères. Alors qu'elle servait encore jusqu'à 80 couverts par repas voici quelques semaines, depuis que l'obligation du pass sanitaire est entrée en vigueur en France, sa clientèle est partie et Bénédicte Duyck s'est retrouvée dimanche dernier avec seulement six réservations, dont trois finiront par être annulées.

En face, côté belge, les restaurateurs masquent leur joie et éprouvent de la peine pour leurs voisins français. "C'est une petite rue, on se connaît tous, on travaille ensemble pour que cet endroit soit le plus agréable possible", confie ainsi Nikolaas Delplace, dont le restaurant "Berkenhof" a néanmoins tiré profit de la situation. Le patron se souvient que des situations surréalistes du genre s'étaient déjà produites précédemment: "Au premier confinement, nous, Belges, sommes restés un jour en plus ouvert. Au deuxième, ce sont les Français qui ont pu rester ouverts plus longtemps. C'était très étrange."

Pour Nikolaas Delplace, tout se normalisera quand les autorités belges décideront des mêmes mesures qu'en France: "Pour le moment le gouvernement belge bloque le pass mais je pense qu'on y arrivera nous aussi". Car pour le restaurateur, de telles situations ne devraient pas arriver: "Chaque jour, des clients français nous appellent pour nous demander s'ils doivent présenter leur pass. On vit à deux pas en Europe mais nos règles sont différentes. C'est incompréhensible."