La Russie et l'Allemagne doivent poursuivre le dialogue malgré leurs différends

Angela Merkel a plaidé vendredi à Moscou pour la poursuite du dialogue avec la Russie malgré leurs "profonds différends", à l'occasion de sa dernière rencontre avec Vladimir Poutine avant que la chancelière ne quitte le pouvoir.

La Russie et l'Allemagne doivent poursuivre le dialogue malgré leurs différends
© AP

Cette visite intervient un an jour pour jour après l'empoisonnement, attribué aux autorités russes, de l'opposant russe Alexeï Navalny à qui l'Allemagne de Mme Merkel sauva la vie, et qui se trouve actuellement en prison en Russie.

Après avoir déposé des fleurs sur la tombe du soldat inconnu à Moscou, la chancelière a été accueillie au Kremlin par M. Poutine, un bouquet à la main.

"Même si nous avons de profonds différends, nous nous parlons et cela doit continuer ainsi", a relevé la chancelière allemande, qui partira à l'automne après 16 ans de pouvoir et de relation complexe avec le maître du Kremlin.

Soulignant qu'ils avaient "beaucoup à discuter", Mme Merkel a cité la situation en Afghanistan, les liens bilatéraux, mais sans évoquer le cas d'Alexeï Navalny lors de cet échange préliminaire. Une conférence de presse des deux dirigeants est attendue dans l'après-midi, après 15H00.

Vladimir Poutine a lui relevé que ce rendez-vous n'était pas "juste une visite d'adieu", mais une rencontre "sérieuse" entre ces vétérans de la vie politique européenne car "beaucoup de questions doivent être discutées".

Mme Merkel, la russophone qui a grandi en RDA, et le président russe M. Poutine, germanophone car il servit le KGB en Allemagne de l'Est, se sont toujours targués d'avoir établi une vraie relation de travail.

Hormis l'Afghanistan et le cas d'Alexeï Navalny, bête noire du Kremlin qui a vu son organisation démantelée par les autorités, les deux dirigeants devraient aussi évoquer les contentieux que sont l'espionnage, la répression au Bélarus et la guerre en Ukraine.

Sur le même sujet