La Russie condamnée pour manquement dans l'enquête sur l'assassinat d'une militante des droits de l'homme

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a condamné mardi la Russie pour "absence d'enquête appropriée" sur l'assassinat de Natalia Estemirova, une militante qui avait dénoncé des crimes qui auraient été commis par des membres des forces de l'ordre en Tchétchénie.

La Russie condamnée pour manquement dans l'enquête sur l'assassinat d'une militante des droits de l'homme
©EPA
AFP

La jeune femme, engagée auprès de l'ONG russe Memorial et contributrice au journal Novaïa Gazeta, avait été enlevée puis retrouvée abattue d'une balle dans la tête et d'une autre dans la poitrine, le 15 juillet 2009.

A ce jour, personne n'a été jugé pour l'assassinat de Natalia Estemirova. Le principal suspect selon les autorités russes, l'activiste tchétchène Alkhazur Bashaev, n'a jamais pu être arrêté.

La CEDH, saisie par la soeur de la victime, estime que les autorités russes "ont ouvert l'enquête rapidement et ont procédé aux actes d'investigation dans les jours qui ont suivi le crime". "Un suspect a été identifié et inculpé", note également la Cour.

Cependant, les magistrats européens indiquent que "certaines contradictions dans les témoignages d'experts n'ont pas été résolues", et soulignent que "les enquêteurs n'ont pas expliqué pourquoi aucune trace de l'ADN de la personne accusée du meurtre (ou) de personnes appartenant à son groupe armé illégal n'ont été retrouvées".

Ils révèlent également que le gouvernement russe "n'a pas fourni la plupart des pièces du dossier".

La CEDH a donc condamné la Russie pour "absence d'enquête appropriée" et pour violation de son "obligation à fournir les facilités nécessaires à l'examen d'une affaire". Elle a imposé le versement de 20.000 euros à la soeur de la victime pour "dommage moral".

Parallèlement, la Cour a également estimé que les éléments de preuve qui lui ont été apportées par la soeur de la victime ne permettaient pas de conclure à l'implication de l'Etat russe dans l'assassinat.

Dans un communiqué de l'European Human Rights Advocacy Centre, Lana Estemirova, la fille de la victime, s'est dite "heureuse que la Cour ait conclu qu'il n'y avait pas eu d'enquête appropriée", mais a pointé un "jugement extrêmement décevant".

"C'était une situation inextricable, car la Cour a conclu qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves de la complicité des autorités russes dans le meurtre de ma mère, mais les autorités russes elles-mêmes n'ont pas soumis suffisamment d'éléments à la Cour", a-t-elle déploré. "Ce n'est pas une façon d'élaborer un jugement juste".

Sur son site internet, l'organisation russe de défense des droits humains Memorial a regretté que la CEDH "n'ait pas reconnu la responsabilité des autorités dans la mort de Natalia Estemirova".

Sur le même sujet