Périmètre de sécurité, fouilles, escorte policière... Le dispositif de sécurité exceptionnel du procès des attentats du 13 novembre

Le procès des attentats du 13 novembre 2015 à Paris s'ouvre ce mercredi au palais de justice de Paris.

C.C

Le palais de justice de l'Île de la Cité, dans le 1er arrondissement parisien, sera le théâtre du procès historique des attentats du 13 novembre, perpétrés au Bataclan et dans la capitale française en 2015.

Pour encadrer l'audience, qui s'ouvre ce mercredi 8 septembre, la préfecture de police de Paris a prévu un dispositif hors normes, tenu en grande partie secret. "Le ministère de l'Intérieur travaille sur le dispositif depuis de nombreux mois", a précisé Nicolas Lerner, le patron de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), sur les ondes de France Info.

Circulation réduite

Ainsi la circulation se verra fortement impactée par un périmètre de sécurité autour du palais. L'accès à de nombreuses rues de l'Île de la Cité sera restreint pendant les 8 mois que doit durer ce procès fleuve. L'arrêté préfectoral instaure ce périmètre les jours d'audience seulement, "du mardi au vendredi et certains lundis", a précisé la préfecture auprès de France Bleu.

La circulation routière sera interdite sur plusieurs voies autour du tribunal : le boulevard du Palais, le quai des Orfèvres et le quai de l'Horloge. L'accès piéton sera par contre entièrement interdit sur le quai des Orfèvres. Les parkings Lutèce et Harlay seront aussi fermés. Seules les personnes possédant un abonnement annuel, les propriétaires de places ou les professionnels pourront y accéder sur présentation d'un justificatif, précise encore France Bleu. Les transports en commun seront aussi perturbés, avec les lignes de bus qui passent par le boulevard du Palais déviées.

Accès au palais

Près de 3000 personnes sont attendues dans l'enceinte du palais de Justice : 1 800 parties civiles, 330 avocats, 14 accusés et les centaines de témoins devront traverser un système de sécurité. Une douzaine de portiques ont été installés à l'entrée du lieu, indique Franceinfo. Et l'accès se fera de manière différenciée pour chaque partie : les parties civiles, les professionnels, et le grand public entreront en des endroits différents, a précisé RFI. A noter que 141 médias sont accrédités.

Les personnes devront se soumettre à des fouilles systématiques, avec palpation, inspection visuelle et fouille des bagages et des véhicules, a aussi expliqué la préfecture de police à nos confères français de France Bleu.

Transfert des accusés

Quatorze accusés, parmi les 20, seront présents dont Salah Abdeslam, seul membre du commando du 13 novembre 2015 encore en vie. Des escortes, hautement sécurisées, encadrées par des policiers du RAID, seront mises en place pour extraire ces accusés de leur prison francilienne chaque matin, afin de les conduire à la salle d'audience.

Au vu de l'ampleur du procès et du nombre de participants, une salle d'audience a d'ailleurs été spécialement créée, rapporte RFI. Une pièce de 700 mètres carrés, qui ne suffira tout de même pas à accueillir toutes les parties prenantes. Les audiences seront donc retransmises dans deux autres salles. Et lors des moments clés, 10 salles supplémentaires seront mises à disposition des parties civiles et des journalistes, explique le média.

placeholder
© AP

Une première en France, les parties civiles auront également accès à une web radio sécurisée, créée pour l'occasion, afin de suivre le procès à distance pour celles qui le souhaitent. Dix cameras filmeront le procès, le 13e filmé en France, comme celui des attentats de Charlie Hebdo.

Sur le même sujet