Dans son discours, Ursula Von der Leyen a botté en touche sur la question de l’état de droit

Dans son discours, Ursula Von der Leyen a botté en touche sur la question de l’état de droit
©afp
"Il y a une évolution préoccupante dans certains États membres." Voilà comment Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a choisi de (ne pas) mentionner la dérive autoritaire à l'œuvre en Hongrie et en Pologne, dans son discours sur l'état de l'Union prononcé mercredi à Strasbourg. Ce refus de citer ces deux pays, qui défient les valeurs de l'Union, est en soi peu...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet