Des médecins recadrent Éric Zemmour après ses propos sur l'hôpital : "Ce n’est évidemment pas vrai et vous le savez"

Les propos de Éric Zemmour ont fait bondir de nombreux médecins sur les réseaux sociaux.

Des médecins recadrent Éric Zemmour après ses propos sur l'hôpital : "Ce n’est évidemment pas vrai et vous le savez"
©TWITTER

En conférence à Béziers le 16 octobre, le potentiel candidat à l'élection présidentielle française a fait de la suppression de l'AME (l'aide médicale d'état) sa priorité pour réformer le système de santé. Des propos qui ont fait bondir de nombreux médecins sur les réseaux sociaux.

"Je pense que l'hôpital est complètement assiégé par une population venue du monde entier, qu'il est obligé de soigner à nos frais. Je pense que c'est une des premières mesures à prendre, c'est à dire supprimer l'AME", a-t-il déclaré lors de la conférence. "Il y a du boulot pour que l'hôpital français cesse d'être l'hôpital de toute l'Afrique", a renchérit le potentiel candidat à l'élection présidentielle, crédité de 16% des intentions de vote dans les derniers sondages, qui a entamé une tournée dans toute la France.

Si la proposition n’est pas une surprise venant d'Éric Zemmour, condamné deux fois pour provocation à la haine, l’idée d’un hôpital public “assiégé” en raison de ce dispositif d’aide a provoqué les rectifications et suscité quelques moqueries de soignants travaillant sur le terrain.

"Moins de 1% des patients consultant aux urgences de Nantes relève de l'AME", a ainsi rappelé sur Twitter Philippe Le Conte, médecin au CHU de Nantes. "On n'assiège pas un refuge", a lancé sur Twitter le Dr Jérôme Marty, président de l'UFML.

Des médecins du monde entier dénoncent également la myopie d'une telle analyse. "L'hôpital est essoré par des politiques et une idéologie ultra-libérale qui cassent le service public", avance le médecin et humanitaire Jean-François Corty.

Mathias Wargon, chef des urgences en Seine-Saint-Denis (93), rappelle sur Twitter la présence de nombreuses personnes issues de l'immigration parmi les soignants. "À l'hôpital, vous êtes soigné par des médecins du monde entier. Pas seulement à cause du numerus clausus, mais aussi parce que les gardes sont dures et mal payées", explique le médecin.

Les internautes ne sont pas privés de rappeler qu'à l'hôpital, les personnes d'origines étrangères sont effectivement nombreuses parmi les rangs des soignants !