Berlusconi souhaite que Draghi reste Premier ministre

Le Premier ministre italien Mario Draghi devrait rester à son poste plutôt que de passer à la présidence de la République, a estimé jeudi son lointain prédécesseur Silvio Berlusconi, dont le parti soutient la coalition dirigée par l'ex-chef de la BCE.

Berlusconi souhaite que Draghi reste Premier ministre
©AP
AFP

Les milieux politiques italiens spéculent actuellement fiévreusement sur le nom du successeur du président de la République Sergio Mattarella, dont le mandat s'achève en février. Le nom de Mario Draghi est régulièrement cité dans les médias de la péninsule.

"Draghi serait certainement un grand président de la République (...) mais je me demande si son rôle actuel, s'il se prolonge, n'apporterait pas davantage de bénéfices à notre pays", a estimé M. Berlusconi à Bruxelles en marge d'une réunion du Parti populaire européen, auquel appartient son parti Forza Italia.

L'idée que Draghi, un technocrate respecté au niveau international, devienne président suscite des réactions divergentes sur la scène politique italienne.

Certains observateurs estiment que cela pourrait mettre en péril les vastes réformes engagées par M. Draghi dans le cadre de la mise en oeuvre du plan de relance post-Covid financé par l'Europe.

D'autres jugent en revanche qu'il pourrait superviser ces réformes durant son septennat depuis le Quirinal, la résidence officielle des présidents italiens, grâce au pouvoir d'influence associés à cette prestigieuse fonction.

Les présidents italiens sont élus par un vote conjoint des élus des deux chambres du parlement auxquels viennent d'ajouter des délégués des régions italiennes. La prochaine élection devrait se tenir en janvier.

Silvio Berlusconi, 85 ans, a lui-même été mis en avant par ses alliés politiques, en dépit de sa frêle santé et des scandales ayant marqué sa carrière. A Bruxelles, il s'est dit "en forme", mais a affirmé n'avoir "aucune idée à ce stade" sur ses chances de devenir président.

Sur le même sujet