Face à la pression migratoire exercée par Minsk, la construction d'un mur divise l'UE, qui peine à concilier fermeté et humanité

Douze États veulent que l’UE finance un mur à la frontière. D’autres refusent.

Face à la pression migratoire exercée par Minsk, la construction d'un mur divise l'UE, qui peine à concilier fermeté et humanité
©AFP
Réunis vendredi pour le deuxième jour du sommet européen, les vingt-sept chefs d’État et de gouvernement n’ont pas réussi à expédier la discussion sur la migration, en la limitant, comme à leur habitude, à la "dimension externe", soit à la coopération avec les pays tiers, bien moins sensible que la question de la solidarité interne entre États...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet