L'avertissement de Boris Johnson concernant l'accord sur l'Irlande du Nord

La Grande-Bretagne devra prendre les "mesures nécessaires" pour résoudre la question de l'Irlande du Nord, objet de tensions post-Brexit avec l'Union européenne, a déclaré vendredi le Premier ministre Boris Johnson.

L'avertissement de Boris Johnson concernant l'accord sur l'Irlande du Nord
©AP
AFP

Ses propos, adressés aux journalistes à bord de son vol à destination de Rome pour le sommet du G20, font monter la pression.

Le protocole nord-irlandais a été adopté dans le cadre du long divorce de la Grande-Bretagne avec l'Union européenne.

Destiné à la fois à protéger le marché européen et à empêcher le rétablissement d'une frontière physique sur l'île d'Irlande qui risquerait de fragiliser la paix, il maintient de fait l'Irlande du Nord dans l'union douanière et le marché unique européens.

Il vise à permettre le libre-échange de ce territoire avec la Grande-Bretagne continentale, tout en empêchant les marchandises britanniques d'accéder au marché unique de l'UE par la frontière terrestre avec l'Irlande.

Mais, Londres affirme qu'il ne sert plus les intérêts de l'Irlande du Nord.

"Les réponses aux problèmes de circulation des marchandises (...) dans notre pays entre la Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord devraient être très simples. Je pense que nous devons régler ce problème", a déclaré M. Johnson.

"Je ne suis pas convaincu que les solutions que nous voyons (de la part de l'UE) peuvent le résoudre. Et nous devrons prendre les mesures nécessaires pour protéger l'intégrité territoriale du Royaume-Uni et le marché intérieur du Royaume-Uni", a-t-il ajouté.

Londres souhaite notamment mettre fin au rôle de supervision de la Cour de justice européenne concernant la mise en oeuvre du protocole.

Il veut obtenir l'instauration d'un arbitrage international pour faire respecter les lois du marché unique en Irlande du Nord.

Bruxelles veut que la Cour reste l'arbitre ultime de son marché unique, mais a récemment fait des propositions pour essayer de trouver un compromis.

Bruxelles a proposé d'alléger sensiblement les contrôles phytosanitaires et les formalités douanières pour un large éventail de marchandises destinées à la seule consommation de l'Irlande du Nord et qui n'entreront pas dans le marché unique européen.

Le gouvernement britannique a indiqué que faute d'accord dans les semaines qui viennent, il est prêt à déclencher l'article 16, qui permet unilatéralement de suspendre certains aspect du protocole en cas de perturbations majeures.