Les Balkans, antichambre de l’Occident pour les évacués de Kaboul: "Les exilés ne savent pas ce qui va leur arriver"

Ils attendent leur transfert aux États-Unis ou dans un pays occidental, mais leur sort demeure très incertain.

Les Balkans, antichambre de l’Occident pour les évacués de Kaboul: "Les exilés ne savent pas ce qui va leur arriver"
©AP
Jean-Arnault Dérens et Laurent Geslin, correspondants dans les Balkans
Entouré de barbelés, le camp se dresse à la sortie de la ville de Ferizaj, sur la route qui conduit à la base américaine de Camp Bondsteel, entre une station-service et des entrepôts. "Les Afghans ne sortent jamais, on ne les voit pas", lance Agon, dont l'atelier de menuiserie fait face à l'entrée du camp, où sont stationnées des jeeps de la...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet