Portugal: des élections législatives anticipées le 30 janvier

Le président portugais a décidé jeudi de dissoudre le Parlement et convoquer des élections législatives anticipées pour le 30 janvier prochain.

Portugal: des élections législatives anticipées le 30 janvier
©AFP

Le président portugais a décidé jeudi de dissoudre le Parlement et convoquer des élections législatives anticipées pour le 30 janvier prochain, afin de surmonter l'impasse provoquée par le rejet du budget pour 2022 du gouvernement socialiste, en rupture avec ses anciens alliés d'extrême gauche. Le rejet du budget "a totalement réduit la base de soutien du gouvernement", alors que 2022 sera "une année décisive pour la sortie durable de la pandémie et de la crise sociale qui nous a frappés", a fait valoir le chef de l'Etat, le conservateur Marcelo Rebelo de Sousa, dans une allocution télévisée.

Antonio Costa, arrivé en 2015 à la tête d'un gouvernement minoritaire soutenu par le Bloc de gauche et le Parti communiste, avait déjà promis de faire campagne pour obtenir "une majorité forte, stable et durable".

A droite, les deux partis conservateurs sont en proie à des divisions internes qui risquent de profiter au parti d'extrême droite Chega.

Avant même le rejet du projet de loi de finances pour 2022, qui a plongé le Portugal dans la crise il y a une semaine, le président avait prévenu que cela aurait pour conséquence de provoquer d'avancer la date des élections législatives prévues normalement pour l'automne 2023.

Le chef de l'Etat cherchait à forcer un compromis entre le gouvernement et les partis de la gauche radicale car, selon lui, la loi de finances était "fondamentale" pour relancer l'économie grâce aux fonds européens du plan de relance post-covid.

Les formations d'extrême gauche ont tout de même voté contre le budget, aux côtés de l'opposition de droite, scellant la fin d'une alliance sans précédent depuis l'avènement de la démocratie portugaise en 1974.

Les quelque neuf millions d'électeurs seront ainsi appelés aux urnes pour la troisième fois en l'espace d'un an, après la présidentielle de janvier dernier et les municipales de fin septembre.