Emmanuel Macron s'adressera aux Français ce mardi: à quoi s'attendre?

Comme un air de déjà-vu. Au moment où l'épidémie de Covid reprend de la vigueur, Emmanuel Macron s'adresse de nouveau aux Français mardi à 20 heures pour évoquer la crise sanitaire mais aussi la relance économique et les réformes, à cinq mois de la présidentielle.

Emmanuel Macron s'adressera aux Français ce mardi: à quoi s'attendre?
©AFP
AFP

Au plus fort de l'épidémie, le chef de l'Etat avait multiplié les allocutions solennelles, battant des records d'audience pour annoncer des mesures de restrictions ou proclamer les "jours heureux" d'un relâchement des contraintes.

Cette fois, pas question de décréter un nouveau confinement ou couvre-feu. Si l'Europe est redevenue selon l'OMS "l'épicentre de l'épidémie" avec probablement un demi-million de morts supplémentaires d'ici à février et que des pays comme l'Allemagne voient le nombre de cas exploser,la France semble pour l'heure relativement épargnée.

Surtout, elle dispose des outils pour combattre le fléau grâce d'abord à une couverture vaccinale parmi les plus élevées au monde.

Mais à l'approche de l'hiver, le rebond est bien là. Déjà, le masque va redevenir obligatoire dès lundi dans les écoles de 39 départements qui avaient pu l'enlever.

"Nous ne sommes pas encore sortis de l'auberge, c'est important que le Président s'adresse à nos concitoyens, pour dire où nous en sommes et tracer de perspectives", estime Yaël Braun-Pivet, présidente (LREM) de la commission des lois à l'Assemblée nationale, sur franceinfo.

Le 12 juillet, lors de sa dernière allocution, hormis celle consacrée à la crise afghane, M. Macron avait annoncé la fin des tests gratuits et l'extension du pass sanitaire dont le Parlement vient de valider le possible recours jusqu'au 31 juillet. Elle avait donné un grand coup de fouet à la campagne de vaccination.

C'est aussi l'un des objectifs de l'intervention de mardi, destinée à convaincre les derniers récalcitrants et à aborder la question épineuse de la troisième dose.

Troisième dose pour tous ?

Moins de la moitié des personnes éligibles, les plus de 65 ans et les plus fragiles, ont reçu leur dose de rappel. Faut-il rendre la vaccination obligatoire pour cette catégorie de population ? Conditionner la validité du pass sanitaire à une troisième dose ? Annoncer un plan pour une troisième dose pour tous, comme en Israël et bientôt en Allemagne ?

"La discussion est clairement sur la table, il y aura un Conseil de défense mardi matin et le président de la République en tirera les conséquences", souligne sur BFMTV le député LREM Sylvain Maillard.

Vendredi, le Premier ministre Jean Castex a dit à l'AFP que l'exécutif réfléchissait en priorité à la piste d'un pass conditionné à une troisième dose.

"C'est une question de cohérence. Si au bout d'un certain temps, le vaccin n'est plus actif et qu'il faut une dose de rappel, il y a une certaine logique à le lier au pass sanitaire", estime Mme Braun-Pivet.

Mais pour l'épidémiologiste Dominique Costagliola "cette troisième dose pour l'ensemble de la population est sans urgence". "Le problème, ce sont les gens qui ne sont pas du tout vaccinés", ajoute-t-elle sur France Inter.

Alain Fischer, le "Monsieur vaccination" du gouvernement insiste aussi dans le JDD sur la priorité d'une troisième injection pour les plus fragiles et de convaincre les "13% des plus de 80 ans non vaccinés".

Comme le 12 juillet, M. Macron, qui n'a pas encore dit s'il allait se représenter, va aussi évoquer mardi la relance économique et faire un point sur les réformes comme celle des retraites.

Il ne devrait pas non plus se priver de mettre en avant son bilan économique. "On a de très bons résultats, entre autres sur la baisse du chômage", insiste M. Maillard.

Dans l'opposition, certains disent ne rien attendre de cette allocution.

"Un bavardage" d'un "spécialiste du double langage", selon Jean-Luc Mélenchon (LFI). "Une mise en scène sur la question sanitaire" d'un "président en campagne", d'après Julien Bayou (EELV).

"La troisième dose, j'espère que ce sera l'une des annonces claires du président de la République mardi" mais cela "nécessitera un débat parlementaire", a souligné dimanche sur Europe 1/Cnews/Les Echos le président LR du Sénat Gérard Larcher.