Des erreurs de jugement qui risquent de coûter cher à Boris Johnson

Il est affaibli par son soutien à un député, coupable de conflits d’intérêts.

Des erreurs de jugement qui risquent de coûter cher à Boris Johnson
©AP
Tristan de Bourbon, correspondant à Londres
Le Premier ministre britannique Boris Johnson avait misé sur son rôle d'hôte de la Cop 26 sur le climat, organisée à Glasgow, en Écosse, pour redorer son image. À travers ses discours à l'assemblée générale des Nations unies le 22 septembre puis le 31 octobre lors du G20 à Rome, il se présentait comme le meneur d'un mouvement responsable et progressiste résolu à sauver le monde. Force est de constater que son plan ne fonctionne pas comme prévu. Outre le dénouement incertain de la conférence sur le climat, plusieurs affaires ont parasité ses ambitions. En...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité