Crise migratoire: les vols de migrants vers Minsk quasi "sous contrôle", tandis qu'une foule se masse à la frontière polonaise

AFP

Une foule de migrants s'est rassemblée lundi à un poste frontalier fermé entre la Pologne et le Bélarus, selon des images vidéos publiées par l'armée et les garde-frontières polonais.

"De plus en plus de groupes de migrants sont acheminés au poste frontalier de Kuznica par les forces bélarusses", a tweeté le ministère de la Défense. Des vidéos semblaient montrer des centaines de migrants face aux rangées de policiers et de soldats polonais.

Selon le vice-ministre de l'Intérieur Maciej Wasik, des "milliers de migrants" se trouvent à ce point de passage. "Les forces polonaises sont préparées à tout scénario", a-t-il souligné.

Le service de presse des garde-frontières a indiqué que "des immigrants illégaux se rassemblent au poste frontière depuis le matin" et qu'"une tentative est en préparation pour forcer la frontière".

Certains parmi ces migrants "ont jusqu'à présent campé à la frontière" à proximité du village de Brouzgi, selon cette même source.

Les vidéos n'ont pas pu être vérifiées de manière indépendante car la Pologne a interdit aux journalistes l'accès à la zone frontalière immédiate, en vertu des règles de l'état d'urgence instauré sur place.

La Pologne affirme qu'entre 3.000 et 4.000 migrants, pour la plupart originaires du Moyen-Orient, campent actuellement le long de la frontière, dans cette crise qui oppose les pays occidentaux d'un côté au Bélarus et son alliée la Russie de l'autre.

Crise migratoire: les vols de migrants vers Minsk quasi "sous contrôle", tandis qu'une foule se masse à la frontière polonaise
©AFP

Borell se veut rassurant

"Les choses reviennent sous contrôle" concernant l'afflux de migrants et de demandeurs d'asile vers le Bélarus, accusé d'acheminer ces personnes vers les frontières de l'Union, a affirmé lundi le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. "Nous devons réfléchir à la manière de résoudre le problème en commençant par arrêter le flux (migratoire). Arrêter les vols. C'est presque fait", a indiqué le Haut représentant, à son arrivée à Bruxelles à une réunion des ministres européens des Affaires étrangères.

L'Espagnol s'était entretenu dimanche avec le ministre bélarusse des Affaires étrangères Vladimir Makei, premier contact de haut niveau entre l'UE et Minsk depuis le début de cette crise.

"Aujourd'hui, nous allons approuver un nouveau paquet de sanctions contre les Bélarusses responsables de ce qui se passe. Et nous allons élargir le cadre de ces sanctions pour les appliquer à d'autres gens, compagnies aériennes, agences de voyages, et tous ceux qui sont impliqués dans l'acheminement illégal de migrants à nos frontières", a-t-il précisé.

Les Occidentaux accusent le régime bélarusse d'Alexandre Loukachenko d'avoir orchestré la crise en encourageant les migrants à venir dans le pays, puis en les acheminant à la frontière de l'UE.

Loukachenko, qui est au pouvoir depuis près de 30 ans et qui a mené une répression sanglante contre ses opposants, nie les accusations et incrimine l'Occident.

Le commissaire européen Margaritis Schinas est actuellement en Irak, l'un des pays de provenance et de transit des migrants vers Minsk, a fait observer M. Borrell. "Je pense que le flux est en train d'être sous contrôle. Mais nous devons fournir une assistance humanitaire à ces personnes et prévenir toute forme de nouvelle attaque hybride contre les frontières de l'Union européenne", a-t-il ajouté.

Crise migratoire: les vols de migrants vers Minsk quasi "sous contrôle", tandis qu'une foule se masse à la frontière polonaise
©AFP