Immigration, sécurité... Les prétendants Les Républicains à la présidentielle rivalisent de fermeté pour leur 2e grand débat

Fermeté sur le fond, courtoisie sur la forme, les cinq prétendants LR à l'investiture pour la présidentielle ont vanté leurs solutions sur l'immigration et la sécurité dimanche, dans l'espoir de se démarquer à l'approche du congrès qui désignera le candidat de droite.

Immigration, sécurité... Les prétendants Les Républicains à la présidentielle rivalisent de fermeté pour leur 2e grand débat
©AFP
AFP

Debout derrière un pupitre, Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, Michel Barnier, Eric Ciotti et Philippe Juvin se sont retrouvés dans la soirée sur BFMTV et RMC pour un nouveau débat, six jours après un premier opus lundi dernier.

L'enjeu était de parler aux sympathisants de droite, mais surtout de convaincre les adhérents LR à l'approche du congrès qui désignera leur candidat à la présidentielle, du 1er au 4 décembre. Chacun a joué sa partition: pugnacité pour Valérie Pécresse, détermination pour Xavier Bertrand, pédagogie pour Michel Barnier, rupture pour Eric Ciotti....

Attaquant sur l'immigration, chacun a développé des propositions musclées: Xavier Bertrand a prôné une "baisse de 30% de l'immigration de travail", de 50% pour les étudiants et de "diviser par trois l'immigration familiale". Michel Barnier a expliqué son "moratoire" destiné à "mettre un coup d'arrêt" à l'immigration, tandis que Valérie Pécresse plaidait pour "cesser le droit du sol automatique" pour les enfants nés en France.

Eric Ciotti a lui promis d'"arrêter le regroupement familial" et d'instaurer un "long parcours d'intégration" d'"au moins dix ans" avant toute naturalisation. Quant à Philippe Juvin, favorable à suspendre la CEDH (Convention européenne des droits de l'Homme), il a refusé de "limiter le nombre d'étudiants" étrangers qui font "partie du rayonnement de la France".

Sur ce sujet, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a taclé dans Le Figaro Michel Barnier, donné pour l'un des favoris, qui selon lui "est incapable d'expliquer concrètement la traduction du moratoire qu'il propose".

Pour l'écologiste Sandrine Rousseau, ce débat "était à deux doigts du dérapage vers l'extrême-droite", a-t-elle tweeté, suscitant l'agacement des candidats. "Faire respecter les lois de la France, ce n'est pas être extrême, mais être républicain", a lancé Valérie Pécresse tandis que Xavier Bertrand raillait "les tenants de l'islamogauchisme, de la repentance" qui veulent "nous donner des leçons".

"Respect"

Brièvement évoquée, la venue d'Eric Zemmour au Bataclan samedi au soir des six ans des attentats a été condamnée par Michel Barnier comme une "provocation (...) pas très digne". "On attendait de la dignité et du respect, visiblement ce ne sont pas deux notions qui habitent M. Zemmour", a assuré Xavier Bertrand, tandis que Valérie Pécresse estimait que "dans un moment de recueillement on ne fait pas de polémique". Mais Eric Ciotti a parlé de "procès de Moscou" fait au polémiste identitaire.

Les candidats se sont aussi voulus inflexibles sur la sécurité: "brigades coup de poing" dans les "zones de non-droit" où "je n'exclus pas de faire intervenir l'armée" pour Valérie Pécresse, "peines minimales obligatoires" et "majorité pénale à 15 ans" pour Xavier Bertrand...

Ils s'en sont aussi pris au chef de l'Etat, qui avait indigné la droite en annonçant mardi une relance du nucléaire proche des demandes des candidats LR. "Selon vous, que fait Emmanuel Macron actuellement? Il regarde nos débats!" a lancé Xavier Bertrand. "Cinq mois de communication ne remplaceront pas cinq ans d'inaction", a affirmé Michel Barnier.

"Emmanuel Macron a fait une faute politique, il a créé un RSA jeune", a estimé Valérie Pécresse en allusion au contrat d'engagement.

Sur le pouvoir d'achat, Xavier Bertrand a vilipendé des dirigeants "complètement hors sol" et défendu ses propositions de "prime au travail". Baisse des impôts de production et fonds souverain pour Michel Barnier, conférence sur les salaires pour Valérie Pécresse... qui a résumé le ton: "il faut que le travail paie plus que l'assistance".

Les candidats se sont aussi accordés à plaider une relance de la politique familiale ou la défense de l'industrie française.

Ce débat, exempt de tout accroc malgré quelques désaccords (sur l'Otan ou l'éventuel confinement des non-vaccinés) était organisé à 48 heures de la date butoir d'adhésion à LR pour pouvoir voter au congrès qui désignera le candidat.

Le parti comptait 125.000 adhérents samedi, contre 80.000 seulement en septembre.