De nouveaux combats en cours entre Arménie et Azerbaïdjan provoquent des morts côté arménien

L'Arménie a affirmé avoir essuyé des pertes humaines dans des combats qui étaient toujours en cours mardi contre l'Azerbaïdjan, faisant craindre une reprise de la guerre qui a opposé ces deux pays rivaux du Caucase l'an dernier.

De nouveaux combats en cours entre Arménie et Azerbaïdjan provoquent des morts côté arménien
©belgaimage
AFP

"Une attaque des forces azerbaïdjanaises contre les positions des forces arméniennes a fait des morts et des blessés côté arménien", a assuré le ministère arménien de la Défense dans un communiqué, faisant également état de la perte du contrôle de "deux positions militaires".

L'Arménie a également affirmé avoir infligé d'"importantes pertes" humaines aux forces azerbaïdjanaises. "Les combats se poursuivent, leur intensité n'a pas baissé", a ajouté le communiqué.

Ces affrontements ont lieu près de la région disputée du Nagorny Karabakh.

Pour sa part, l'Azerbaïdjan a affirmé que les soldats arméniens quittaient leurs positions, "pris de panique". "Les militaires azerbaïdjanais ont repoussé une contre-attaque des forces arméniennes (...). Les soldats arméniens, effrayés et confus, quittent leur positions", a assuré le ministère azerbaïdjanais de la Défense dans un communiqué.

Les tensions n'ont cessé de se renforcer ces dernières semaines entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan -deux anciennes républiques soviétiques-, qui s'étaient déjà mutuellement accusés de tirs à la frontière dimanche.

Et ce malgré la signature d'un accord de cessez-le-feu et le déploiement de soldats de maintien de la paix russes après les affrontements de 2020.

A l'automne de l'année dernière, l'Arménie et l'Azerbaïdjan s'étaient livrés une courte guerre, qui avait fait plus de 6.500 morts, pour l'enclave du Nagorny-Karabakh déjà objet d'un premier conflit sanglant dans les années 1990.

Ces combats s'étaient soldés par une lourde défaite de l'Arménie, contrainte de céder plusieurs régions formant un glacis autour de l'enclave séparatiste.