Présidentielle française: Eric Zemmour, toujours pas candidat, mais une campagne qui tangue déjà

Après un démarrage fulgurant, Eric Zemmour, qui pourrait annoncer sa candidature à la présidentielle fin novembre, est déjà en butte aux difficultés d'une campagne avec des sondages qui stagnent, des salles qui le refusent et une organisation fragile qui suscite des critiques en interne.

Présidentielle française: Eric Zemmour, toujours pas candidat, mais une campagne qui tangue déjà
©AP
AFP

Au terme d'une série de conférences aux allures de meetings fiévreux, le polémiste d'extrême droite s'apprête à plonger dans le grand bain d'une candidature, avec les premières embûches que cela implique.

Dans les sondages, après une ascension continue depuis la rentrée, l'ancien éditorialiste est confronté à de premiers tassements. Il perd jusqu'à deux points et reste derrière la candidate du RN Marine Le Pen, selon deux instituts, Odoxa et Elabe, qui le donnent entre 13 et 15%.

Plusieurs de ses proches le poussent à se déclarer au plus vite pour sortir, selon l'un d'eux, de "la spirale infernale".

Condamné à deux reprises pour provocation à la haine raciale, Eric Zemmour n'est en outre pas toujours le bienvenu dans ses déplacements.

Une conférence à la Royal Institution à Londres vendredi a été annulée par cette dernière après "examen approfondi" de l'événement, qu'Eric Zemmour tiendra finalement à l'hôtel Ibis du centre de conférence Ilec.

Le maire de Londres, Sadiq Khan, interrogé jeudi par un élu Vert sur la venue du polémiste, a répondu que "toute personne désireuse de diviser nos communautés et d'inciter à la haine (...) n'était pas la bienvenue".

La maire de Genève, Frédérique Perlier, ne mettra aucune salle communale à la disposition du polémiste, qui doit s'y rendre les 24 et 25 novembre, pour ne pas se rendre "complice de la propagation de ses messages haineux".

"Frêle esquif"

Les propos radicaux, "ça finit par faire peur", a jugé jeudi sur BFMTV le maire de Béziers Robert Ménard, qui avait accueilli le polémiste dans sa ville le 16 octobre mais va parrainer la candidate du RN Marine Le Pen.

La venue controversée d'Eric Zemmour devant le Bataclan au soir des six ans des attaques, "bien sûr que non" ce n'est pas à la hauteur d'un candidat à la présidentielle, selon M. Ménard.

L'ancien président du FN Jean-Marie Le Pen salue, dans le Télégramme, ses "déclarations courageuses" qui "lui ont valu cette étonnante ascension", mais "il a brûlé ses cartes sans s'en rendre compte" et "il n'est pas à la hauteur de l'événement".

Plusieurs de ses soutiens s'inquiètent de l'organisation de la campagne, qu'ils jugent faible voire inexistante.

"C'est un frêle esquif", met en garde un de ses amis. "Il y a du monde et quelques jeunes matelots, mais avant d'appareiller, il faudrait s'assurer qu'il y ait un capitaine qui connaisse la navigation".

"Les législatives ça fait partie du package d'une campagne présidentielle. Il faut bâtir des coalitions électorales, des alliances", rappelle Jean-Frédéric Poisson, qui doit prendre la tête de la commission d'investiture du futur parti du candidat Zemmour.

"Occasion historique"

Mais "quand va-t-on s'y mettre" au parti ? se demande un ami du futur candidat. Il rapporte qu'Eric Zemmour et son éminence grise Sarah Knafo se comparent toujours à Donald Trump et à Emmanuel Macron, mais "ce sont des situations dans lesquelles ils ne sont pas".

L'influence de Sarah Knafo auprès du futur candidat fait particulièrement grincer des dents. Ils "se fascinent l'un l'autre. Ça finira mal", a confié Philippe de Villiers au journaliste Etienne Girard, auteur de "Zemmour, le radicalisé" (Seuil, octobre 2021).

"On a atteint la limite de l'exercice" de la campagne qui ne dit pas son nom, selon M. Poisson qui voudrait qu'Eric Zemmour se déclare "le plus tôt possible" pour avoir "des clarifications dans l'organisation et dans les propos".

Une autre source craint une prise de contrôle par les plus radicaux.

A l'instar de l'ancien cadre du Bloc identitaire et du Grece, l'ex-mégrétiste Philippe Milliau, actuel président de TV Libertés, chargé d'organiser la campagne en Bretagne. Ou de Tristan Mordrelle, proche de sphères néo-nazies chargé, selon Libération, de lever des fonds.

Tout tient grâce à l'ancien préfet Gilbert Payet mais la campagne à ce stade navigue à vue, selon cette source.

"La métamorphose du vendeur de livres en candidat n'est pas faite. Il ne faut pas rater une occasion historique", prévient un ami.

Sur le même sujet