D’une "orgie de violence" aux Pays-Bas à une quasi-insurrection en Guadeloupe: l'opposition aux mesures sanitaires grandit aux quatre coins du globe

L’opposition aux mesures sanitaires a parfois pris un tour extrême.

AFP

Des manifestations contre les restrictions sanitaires ont de nouveau tourné à l'émeute samedi soir aux Pays-Bas, notamment à La Haye où plusieurs policiers ont été blessés dans des heurts avec les manifestants dans un quartier populaire, au lendemain d'une "orgie de violence" à Rotterdam, selon l'expression du maire de la grande ville portuaire, Ahmed Aboutaleb.

Des violences ont également éclaté à Urk, petite ville protestante du centre du pays, et dans plusieurs localités de la province du Limbourg (sud). Deux matchs de football ont par ailleurs été interrompus plusieurs minutes à Alkmaar (ouest) et Almelo (est) par des supporters frustrés par le huis clos imposé dans le cadre de la lutte anti-Covid, selon les médias locaux.

Vendredi soir, une manifestation avait déjà viré au chaos dans le centre de Rotterdam, avec trois manifestants blessés par des tirs de la police et 51 personnes arrêtées.

Les Pays-Bas ont réintroduit la semaine dernière un confinement partiel pour faire face à une flambée de cas de Covid-19, avec des restrictions sanitaires touchant notamment le secteur de la restauration, qui doit fermer à 20 heures. Le gouvernement projette désormais d’interdire certains lieux aux non-vaccinés, notamment les bars et les restaurants.

Insurrection

En France, où les autorités évoquent une "cinquième vague" qui progresse de façon "fulgurante", c'est en Guadeloupe que la situation est la plus préoccupante. Les protestations contre le pass sanitaire y ont pris une tournure "quasi insurrectionnelle". Blocages routiers, incendies de bâtiments et de véhicules, pillages, tirs à balles réelles sur les policiers et les gendarmes ont amené les autorités locales à imposer un couvre-feu.

Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a par ailleurs décidé l’envoi dans l’île d’une cinquantaine de membres des forces d’élite du GIGN et du Raid, tandis que son collègue chargé des Outre-mer, Sébastien Lecornu, annonçait qu’une réunion se tiendrait lundi soir autour du Premier ministre Jean Castex avec les parlementaires et les présidents des assemblées de la Guadeloupe, ainsi que le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Contre la "corona-dictature"

En Autriche, pays européen le plus en pointe pour avoir imposé une vaccination générale obligatoire après avoir imposé un confinement strict aux personnes non vaccinées, plus de 35 000 manifestants, selon la police, se sont rassemblés samedi à Vienne pour protester contre ces mesures. La foule, réunie au cœur de la capitale autrichienne à deux pas de l'ancien palais impérial de la Hofburg, agitait des banderoles dénonçant le "fascisme", la "tyrannie" ou encore la "corona-dictature".

Contre-manifestation en Australie

Il n’est pas jusqu’en Australie où des milliers de manifestants ont protesté ce week-end contre la vaccination obligatoire, qui n’est exigée que dans certains États et territoires de la fédération pour certaines catégories professionnelles.

Selon la police, jusqu’à 10 000 personnes se sont rassemblées à Sydney, tandis qu’à Melbourne, environ 2 000 manifestants ont manifesté pour s’opposer au rassemblement anti-vaccination, l’une des premières contre-manifestations depuis le début de la pandémie. (D’après AFP)

Sur le même sujet