Que restera-t-il du droit d’asile, après la crise biélorusse ? "L’UE accepte des actes contraires au droit international"

Human Rights Watch publie un rapport sur les "violations graves des droits de l’homme" à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie. L’ONG dénonce les refoulements illégaux pratiqués par Varsovie. Face au silence européen, cela risque de créer un précédent.

Que restera-t-il du droit d’asile, après la crise biélorusse ? "L’UE accepte des actes contraires au droit international"
©AP
"C'est comme un jeu de ping-pong : les Biélorusses nous jettent en Pologne et les Polonais nous rejettent. Les Biélorusses [nous poussent] dedans, les Polonais dehors", résume Afran, un Kurde syrien qui s'est retrouvé coincé, comme des milliers d'autres migrants, dans le bras de fer entre Varsovie et Minsk, à la lisière de l'Union européenne. À lumière de ce témoignage et de ceux...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet