Un général émirati accusé de torture est candidat à la présidence d’Interpol

Une campagne d’ONG met en relief la sourde lutte d’influence au sein de l’organisation policière.

Un général émirati accusé de torture est candidat à la présidence d’Interpol
Les Émirats arabes unis ont été désignés il y a quelques jours par Gallup comme le pays le plus sûr du monde pour qui veut marcher seul la nuit, juste après la Norvège et devant la Chine. Pourtant, leur candidat à la présidence d’Interpol soulève une levée de boucliers de...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet