Traquer son conjoint, accéder à ses SMS, ses photos, en envoyer à son insu… "Ce sont généralement les femmes qui en sont victimes"

Le Conseil de l’Europe s’est penché sur les applications "stalkerwares".

Traquer son conjoint, accéder à ses SMS, ses photos, en envoyer à son insu… "Ce sont généralement les femmes qui en sont victimes"
©Shutterstock
Véronique Leblanc, correspondante à Strasbourg
Du body shaming (amener une personne à avoir honte de son propre corps) au cyberflashing (envoyer des photos à caractère sexuel) en passant par le doxing (diffuser en...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité