Tube punk et émotion, les adieux détonnants d'Angela Merkel

C'est sur un tube de l'ère communiste signé par une diva punk qu'Angela Merkel, visiblement émue, a fait ses adieux, jeudi, aux forces armées, à moins d'une semaine de son départ de la chancellerie.

AFP

L'armée lui a rendu en fin de journée un hommage au flambeau lors d'une cérémonie soigneusement codifiée et baptisée "Zapfenstreich".

Avant de clore, mercredi prochain, ses seize années de pouvoir et de passer la main à Olaf Scholz, la chancelière a assisté, comme ses prédécesseurs, à ce rituel militaire.

Les yeux brillants d'émotion, la chancelière est brièvement revenue sur ces "16 années riches en événements et souvent très éprouvantes".

"Elles m'ont demandé des efforts politiques et humains, mais elles m'ont aussi toujours comblée", a confié Mme Merkel, en présence notamment de son successeur, qui sera élu chancelier mercredi.

Mme Merkel, physicienne de formation, a notamment souligné, en pleine quatrième vague épidémique, combien "la pandémie a montré l'importance de la confiance dans la politique et la science, mais aussi la fragilité de cette confiance".

"La démocratie vit de l'auto-correction, du respect (...) de la solidarité et de la confiance, également de la confiance dans les faits", a-t-elle asséné, dans un pays où la mouvance anti-vaccination reste influente.

La chancelière, qui a présidé jeudi sa dernière réunion avec les 16 régions de coordination de la lutte anti-Covid, a rendu un hommage appuyé "à tous ceux qui se battent de toutes leurs forces contre la quatrième vague (...) les médecins, les infirmières, les équipes de vaccination".

Comme ces prédécesseurs, Mme Merkel a eu la possibilité de commander "la bande son" de la cérémonie à la fanfare de la Bundeswehr.

Parmi ses trois choix musicaux figure un tube de 1974: "Du Hast den Farbfilm vergessen" ("Tu as oublié la pellicule couleur") de la diva punk est-allemande Nina Hagen.

Un souhait largement commenté ces derniers jours en Allemagne où Mme Merkel est plus connue pour son goût de l'opéra et sa visite annuelle au festival de Bayreuth.

Interrogée lors d'une conférence de presse jeudi sur ce choix, elle a expliqué qu'il lui rappelait ses vingt ans dans l'Allemagne de l'Est communiste.

Culture est-allemande

"Cette chanson a été un moment fort de ma jeunesse (...) La chanson vient également d'Allemagne de l'Est et, par coïncidence, elle est encore jouée dans une région qui était ma circonscription électorale. Tout s'accorde donc aujourd'hui", a observé la dirigeante de 67 ans.

Angela Merkel est née dans la ville portuaire de Hambourg avant que son père, pasteur et instituteur, décide d'emmener toute la famille vivre en RDA pour prêcher l'évangile.

Dans ses récents discours d'adieu, elle a plusieurs fois rendu hommage à une culture est-allemande qui tend à disparaître de la mémoire collective depuis la Réunification.

Dans cette chanson, Nina Hagen, connue dans les années 1980 pour sa voix puissante et son allure extravagante, reproche à son amant d'avoir oublié la pellicule couleur pour les photos de vacances, à une époque datant d'avant les pixels, les smartphones et la photo numérique.

Certains y ont vu une marque d'ironie de la chancelière après 30 ans de carrière dans un milieu politique dominé par les hommes.

"En choisissant une chanson que beaucoup beuglent à la table de la cuisine lors des anniversaires de l'oncle de la famille, la chancelière témoigne une fois de plus de la finesse de son humour", a salué le journal berlinois Tagesspiegel.

Le titre ne figurait d'ailleurs pas dans le registre de la Bundeswehr qui a dû procéder à une adaptation expresse, a confié le dirigeant de la fanfare à la presse.

Les musiciens étaient en terrain plus familier avec le reste de la sélection de la chancelière: une ballade des années 60 "Für mich soll's rote Rosen regen" (Il devrait pleuvoir des roses rouges pour moi) et un cantique religieux.