Les magasins néerlandais pris d'assaut à l'annonce d'un confinement

A l'annonce d'un nouveau nouveau lockdown complet, les Néerlandais se précipitent pour faire leurs achats de Noël ce samedi.

La Rédaction avec belga

Le Premier ministre Mark Rutte devrait l'annoncer lors d'une conférence de presse à 19h : un confinement strict sera de nouveau instauré aux Pays-Bas jusqu'au 14 janvier. Ainsi tous les restaurants, bars, cafés, musées et autres commerces devront fermer et les contacts sociaux devraient aussi être limités.

Face à cette menace, les Néerlandais se sont précipités dans les magasins cet après-midi afin de faire leurs achats de Noël. Dans plusieurs centres-villes du pays, l'affluence est actuellement supérieure à celle d'un samedi normal. La période des fêtes joue un rôle, mais l'imminence du lockdown a propulsé encore plus de personnes à faire du shopping.

Les centres de La Haye, Leyde, Rotterdam et Den Bosch, entre autres, sont plus occupés que d'habitude. L'indicateur de la municipalité de Rotterdam montre qu'il y a beaucoup de monde à différents endroits du centre ville. Dans un certain nombre de magasins du centre ville, des files interminables confirment cette image. Les autorités ont déjà demandé à la population de rester à l'écart des rues commerçantes de la ville portuaire.

Les magasins néerlandais pris d'assaut à l'annonce d'un confinement
©AFP

La ville de La Haye est également plus animée que d'habitude. Plusieurs commerçant l'ont remarqué depuis ce matin. Eindhoven est également de plus en plus fréquentée. À Amsterdam, par contre, la foule ne semble pas être trop importante.

L'association du commerce de détail INretail qualifie l'agitation dans les rues commerçantes de logique, compte tenu de la possibilité d'un confinement. L'organisation souligne que les magasins eux-mêmes sont responsables du maintien de la distance dans le magasin, et que cela fonctionne généralement très bien. L'application de la loi dans les zones commerciales n'incombe pas aux commerçants, mais aux agents chargés de l'application de la loi, tels que les agents spéciaux et la police. Au total, quelque 56 000 magasins non essentiels sont menacés de fermeture.