Crash du vol MH17 : les suspects ont "servi leurs propres intérêts militaires", selon les procureurs

Les quatre suspects accusés d'avoir abattu le vol MH17 de Malaysia Airlines survolant l'est de l'Ukraine en 2014, tuant les 298 personnes à son bord, ont servi "leurs propres intérêts militaires", ont assuré lundi les procureurs du tribunal néerlandais de Schiphol.

Crash du vol MH17 : les suspects ont "servi leurs propres intérêts militaires", selon les procureurs
©AFP

Les Russes Sergueï Doubinski, Igor Guirkine et Oleg Poulatov, ainsi que l'Ukrainien Leonid Khartchenko, quatre hauts gradés des séparatistes pro-russes de l'Est de l'Ukraine, sont accusés d'avoir abattu un vol MH17 avec un missile sol-air "BUK".

Les procureurs néerlandais ont affirmé que les quatre suspects ont joué un rôle central dans l'acheminement d'une batterie antiaérienne BUK, probablement destinée à frapper un avion de guerre ukrainien.

"Si telle était leur intention, cela ne change rien à l'accusation d'en faire un acte criminel", a déclaré le procureur Thijs Berger aux juges. "Une erreur de cible ne change rien à la preuve qu'un tel crime a été commis."

Les suspects, qui ont tous refusé de participer au procès aux Pays-Bas et sont jugés en leur absence, "ont utilisé un missile BUK comme outil pour servir leurs propres intérêts militaires et ont avec ce dernier frappé le MH17", a-t-il ajouté.

Une équipe internationale d'enquêteurs affirme que l'avion a été abattu au-dessus de la zone de conflit armé avec les séparatistes pro-russes, dans l'Est de l'Ukraine, par un missile amené d'une base militaire russe, probablement afin de lutter contre les forces ukrainiennes. Moscou a toujours nié toute implication.

M. Berger a déclaré que les hommes jugés "n'ont pas appuyé sur le bouton eux-mêmes, mais (...) l'ont utilisé pour leur lutte armée dans le but de détruire un avion".

Seul M. Poulatov est représenté par des avocats.

Les procureurs détailleront lundi et mardi les preuves, notamment les écoutes téléphoniques et électroniques, les circonstances entourant le tir de missile et les accusés eux-mêmes.

Les réquisitions devraient suivre mercredi et comprendront une "justification détaillée de la peine demandée", a déclaré à l'AFP un porte-parole du tribunal, précisant que "la peine maximale est la prison à perpétuité".

Le verdict du tribunal de Schiphol, près d'Amsterdam et situé à quelques encablures de l'aéroport d'où le Boeing au destin tragique avait décollé, n'est pas attendu avant fin 2022.