Et l'Union soviétique s'effondra : "J'ai eu la chance exceptionnelle d’assister à l'agonie de l'URSS au côté de Gorbatchev"

Andreï Gratchev revient sur les événements qui ont mené à la dissolution de l’Union soviétique et à la démission de Mikhaïl Gorbatchev, le 25 décembre 1991. Lorsqu'il a été désigné porte-parole du président, il ne savait "pas encore qu’on vivait les derniers mois de l’URSS", mais je voulais "accompagner Gorbatchev dans l’ultime tentative de la poursuite de son projet" de transformation du régime.

Le président Gorbachev, lors d'une session extraordinaire du Soviet Suprême à Moscou le 27 août 1991, menace de démissionner si les républiques d'URSS refusent de signer son traité d'union.
Le président Gorbachev, lors d'une session extraordinaire du Soviet Suprême à Moscou le 27 août 1991, menace de démissionner si les républiques d'URSS refusent de signer son traité d'union. ©AFP
"Je suis assis en face du Président dans son bureau du Kremlin. Il est 17 heures, ce 25 décembre 1991. Dans deux heures exactement, Gorbatchev va quitter son prestigieux bureau […] pour gagner un studio de télévision aménagé à côté, où il prononcera en direct sa déclaration de démission. Quand il en reviendra, il ne sera plus que l'ex-président d'un État qui aura cessé d'exister", l'URSS. Andreï Gratchev est aux premières loges ce jour-là dans les salons du Kremlin, "auditeur privilégié du premier et dernier président (élu, NdlR)...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité