Un an après que le Brexit est devenu une réalité concrète, les Britanniques en pleine désillusion

À quelques jours du premier anniversaire de la date où le Brexit est devenu réalité concrète, La Libre fait le point sur ses conséquences et sur ce qu’il est advenu des promesses de lendemains qui chantent.

Un an après que le Brexit est devenu une réalité concrète, les Britanniques en pleine désillusion
©AFP
OleB

L’histoire retiendra que c’est le 31 janvier 2020 que le Royaume-Uni a quitté l’Union européenne, qu’il a cessé d’être représenté dans ses institutions et de participer aux décisions européennes. Mais c’est le 1er janvier 2021 que s’est produit le "vrai" Brexit, à l’issue de la période de transition au cours de laquelle les législations européennes continuaient à s’appliquer au Royaume-Uni, qui restait temporairement dans l’union douanière et le marché intérieur européens.

Depuis le début de l’année, le Royaume-Uni est devenu un État tiers "à part entière". Au cours des onze mois passés, les Britanniques ont commencé à ressentir l’impact des choix posés par les gouvernements dirigés par Theresa May puis Boris Johnson, avalisés par le Parlement de Westminster : un départ de l’Union européenne sous forme de rupture nette.

Les Brexiters, et l'actuel Premier ministre britannique en particulier, qui parsème ses discours de "great" et de "fantastic" , ont beaucoup promis que le retrait de l'Union européenne serait synonyme de liberté retrouvée, de bénéfices, d'opportunités à saisir. La réalité est autre. Les Britanniques ont, jusqu'ici, largement plus à se plaindre qu'à se féliciter des effets du Brexit. Selon un sondage récemment publié par The Observer , plus de six électeurs sur dix pensent que le Brexit tourne mal, ou moins bien que ce qu'ils avaient imaginé.

Le Royaume-Uni a dû faire face à des problèmes d'approvisionnement et des pénuries de main-d'œuvre. La puissance commerciale britannique a été entamée par la fatale combinaison pandémie-sortie de l'UE. Le "Global Britain" cherche encore à nouer de nouvelles alliances dans le monde. Les pêcheurs britanniques constatent que leur situation n'est pas plus enviable, et parfois pire, que quand leur pays était membre de l'Union. Le problème posé par la frontière nord-irlandaise était censé avoir été réglé par le protocole inclus dans l'accord de retrait. Force est de constater qu'il n'en est rien et que Londres tente de renégocier ce qu'il a signé et approuvé. À quelques jours du premier anniversaire de la date où le Brexit est devenu réalité concrète, La Libre fait le point sur ses conséquences et sur ce qu'il est advenu des promesses de lendemains qui chantent.

Des chaînes d’approvisionnement de plus en plus fragiles: loin d'avoir éliminé la paperasse, le Brexit a multiplié les tracasseries bureaucratiques

Sur le même sujet