Déferlante des cas Omicron en Angleterre : le ministre britannique de la Santé appelle à "vivre avec" le virus

Le ministre britannique de la Santé, Sajid Javid, a indiqué samedi que de nouvelles restrictions n'interviendraient qu'"en tout dernier ressort" en Angleterre malgré une déferlante des cas Omicron, estimant qu'il fallait apprendre à "vivre avec" le coronavirus.

Déferlante des cas Omicron en Angleterre : le ministre britannique de la Santé appelle à "vivre avec" le virus
©AFP

Le Royaume-Uni, l'un des pays les plus touchés avec plus de 148.600 morts de la pandémie, enregistre tous les jours des records de contaminations (plus de 189.000 en 24 heures vendredi).

Les hospitalisations sont en hausse aussi, même si les autorités soulignent pour l'instant que le variant Omicron semble provoquer des formes moins sévères que le Delta.

"Le nombre (de personnes) dans les unités de soins intensifs sont stables et ne suit pas pour l'instant la trajectoire que nous avions vue l'an dernier à cette période durant la vague Alpha", a indiqué Sajid Javid dans une tribune publiée dans le Daily Mail.

Le pays étant dans "une position beaucoup plus forte" grâce à une campagne massive de rappel vaccinal, le gouvernement a décidé de ne pas imposer de nouvelles restrictions durant les fêtes en Angleterre, a-t-il poursuivi, contrairement à l'Ecosse, au Pays de Galles et à l'Irlande du Nord.

"Les restrictions à notre liberté ne doivent intervenir qu'en tout dernier ressort", a ajouté M. Javid dans le tabloïd. Soulignant "l'énorme coût sanitaire, social et économique des confinements", il a estimé qu'il fallait se donner les moyens de "vivre avec virus" grâce à la vaccination, à un arsenal de traitements et au dépistage massif.

Le ministre a toutefois reconnu que le service de santé serait "inévitablement" sous pression ces prochaines semaines à cause d'une "forte hausse" des hospitalisations.

Le journal Daily Telegraph indiquait cependant samedi que le gouvernement pourrait prolonger en janvier la recommandation de télétravail, en vigueur depuis mi-décembre.

Pour le Nouvel An, le Premier ministre conservateur Boris Johnson a affirmé avoir atteint l'objectif officiel de proposer une dose de rappel à tous les adultes avant la fin décembre, même si plus de 70% l'ont effectivement reçue en Angleterre.

Selon une étude de l'agence de sécurité sanitaire britannique (UKHSA) publiée vendredi, les patients contaminés par Omicron ayant reçu un rappel vaccinal présentent un risque réduit de 81% d'être hospitalisés par rapport aux personnes non vaccinées.

Face à la hausse des hospitalisations, le service public de santé (NHS) a annoncé mettre en place des structures provisoires permettant d'ouvrir des centaines de lits pour se préparer au "scénario du pire".

Sur le même sujet