Obligation du pass vaccinal dans les transports en Italie: les habitants des petites îles échappent à l'"exil forcé"

Le gouvernement italien a décidé dimanche d'accorder une dérogation aux habitants des petites îles italiennes, exemptés dans certains cas du pass vaccinal exigé à partir de lundi pour accéder aux transports et qui risquait de les placer "en exil forcé".

Obligation du pass vaccinal dans les transports en Italie: les habitants des petites îles échappent à l'"exil forcé"
©Shutterstock

En vertu des nouvelles règles anti-Covid en vigueur à partir du 10 janvier, seuls les détenteurs du pass vaccinal, baptisé en Italie "pass sanitaire renforcé" et qui s'obtient uniquement avec un cycle vaccinal complet ou après guérison du Covid, pourront utiliser les moyens de transport, le test négatif n'étant plus suffisant.

Dans une lettre adressée au chef du gouvernement Mario Draghi cette semaine, le président de l'Association des communes des petites îles (ANCIM), Francesco Del Deo, avait exprimé son inquiétude à propos de cette mesure.

Les "transports maritimes et aériens (...) représentent la seule liaison possible" pour les habitants de ces îles avec la terre ferme "et interdire l'accès à ces moyens de transport" à ceux dépourvus du pass vaccinal "signifie condamner à un exil forcé les résidents qui pour diverses raisons n'ont pas été vaccinés", avait-il affirmé.

Son message a été entendu et le gouvernement a émis dimanche une ordonnance affirmant que le pass sanitaire de base, qui peut s'obtenir avec un test négatif du Covid-19, serait suffisant pour emprunter les transports dans ces îles, mais seulement pour motif de santé ou lié à l'éducation (pour se rendre à des cours par exemple)

L'ANCIM représente 35 municipalités présentes sur 87 petites îles pour un total de 240.000 habitants. La majeure partie de ces îles sont dépourvues de structures sanitaires, certaines ne recevant la visite d'un médecin qu'une ou deux fois par semaine pendant quelques heures.

"C'est une situation compliquée", avait reconnu M. Del Deo, maire d'une commune de l'île d'Ischia, au large de Naples, contacté mercredi par l'AFP et résolument favorable aux vaccins, mais "dans une démocratie les droits des minorités doivent aussi être protégés".

Selon M. Del Deo, le taux de vaccination sur les petites îles est comparable à la moyenne nationale. Plus de 86% de la population italienne âgée de plus de 12 ans est actuellement vaccinée.

L'Italie a payé un lourd tribut à la pandémie avec plus de 138.000 morts.

Sur le même sujet