"Ça ressemblait à une lapidation": un député LREM agressé à son domicile par des opposants au pass sanitaire

Le député français Stéphane Claireaux (LREM) a été agressé devant chez lui lors d'une manifestation d'opposition au pass sanitaire.

"Ça ressemblait à une lapidation": un député LREM agressé à son domicile par des opposants au pass sanitaire
©AFP/Twitter
Ad.R.

Depuis dimanche soir circulent sur les réseaux sociaux les images de l'agression dont a été victime le politique français Stéphane Claireaux. Ce membre de La République En Marche (LREM), député de l'archipel français de Saint-Pierre-et-Miquelon, a été pris à partie devant son domicile par des manifestants opposés au pass sanitaire.

Plus de 500 personnes marchaient dans les rues de Saint-Pierre dimanche, et se sont dirigées vers le domicile de Stéphane Claireaux. Ce dernier est sorti de chez lui pour dialoguer avec les manifestants. Mais cela a tourné au vinaigre rapidement. "Il y avait une voiture chargée d'algues, de goémon, et les gens ont commencé à m'en lancer à la figure [...] J'ai évité à 5 cm près un galet qui est passé près de la figure", a raconté le député à France Info. "Ça ressemblait à une lapidation". Insulté par les manifestants, Stéphane Claireaux a affirmé qu'un homme lui avait également arraché son masque en lui disant que le coronavirus n'existe pas. Une scène surréaliste, selon lui.

Jusqu'à maintenant, les habitants de Saint-Pierre-et-Miquelon ne devaient pas présenter leur pass sanitaire, mais suite à une explosion des cas de Covid après les fêtes de fin d'année, le préfet de l'archipel a décidé d'instaurer l'usage du pass à partir de mercredi prochain. Ce qui a provoqué la colère de centaines d'habitants.

Le député, lui, compte porter plainte après cette agression. "On reçoit tous des menaces de mort par mail, à un moment donné il faut que ça s'arrête", a-t-il déclaré.

Il n'est en effet pas le seul à avoir été victime d'agression ces derniers temps en France. Fin décembre par exemple, le garage personnel du député LREM de l'Oise Pascal Bois avait été incendié. Cela avait suscité une forte émotion dans la classe politique française, alors que les violences contre les députés augmentent dans le pays, en raison principalement de leur soutien à la politique sanitaire du gouvernement. Une réunion des ministres de l'Intérieur et de la Justice, Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti, sur le sujet aura d'ailleurs lieu mardi soir avec le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand.