"Nous devons nous préparer à ce que la Russie opte pour la confrontation", prévient l'Otan

"L'Ukraine est une nation souveraine, elle ne constitue pas une menace pour la Russie. Par contre, Moscou a déjà utilisé la force pour occuper l'Ukraine par le passé", a indiqué mercredi le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg.

"Nous devons nous préparer à ce que la Russie opte pour la confrontation", prévient l'Otan
©AP
Belga/AFP

Des "différences majeures" ont été constatées avec Moscou sur la sécurité en Europe, mais les pays de l'Otan restent ouverts au dialogue, a affirmé mercredi le chef de l'Alliance atlantique à l'issue d'une réunion du conseil Otan-Russie à Bruxelles.

"La discussion n'a pas été aisée. Les échanges ont été directs sur la situation en Ukraine et des différences majeures ont été constatées sur la sécurité en Europe", a expliqué Jens Stoltenberg à l'issue d'une réunion de plus de trois heures au siège de l'Alliance avec Alexandre Grouchko, vice-ministre russe des Affaires étrangères.

"Nos différences ne seront pas faciles à surmonter", a-t-il ajouté.

Le secrétaire général de l'Otan a aussi fait valoir que les pays membres avaient proposé "un ensemble de réunions pour traiter d'un ensemble de questions".

Mais, a-t-il poursuivi, "la Russie n'a pas été en mesure d'agréer cette proposition (de dialogue), même si elle ne l'a pas rejetée".

"Les alliés restent lucides", a-t-il souligné. "La Russie a massé 100.000 troupes, des blindés, de l'artillerie, des drones aux frontières avec l'Ukraine et elle tient un discours menaçant. C'est ça le problème", a-t-il insisté.

"Nous devons nous préparer à ce que la Russie opte pour la confrontation. Il y a eu des antécédents. Ce serait une erreur stratégique grave qui aurait des conséquences graves", a encore indiqué l'ex-Premier ministre norvégien.

C'est la première fois depuis juillet 2019 que le conseil Otan-Russie, instance de dialogue et de consultation, se réunissait.

Sur le même sujet