La position anti-IVG de Roberta Metsola ne l'empêchera pas d'accéder à la présidence du Parlement européen

La Maltaise devrait être élue, ce mercredi, au perchoir du Parlement européen.

Olivier le Bussy, envoyé spécial à Strasbourg
La position anti-IVG de Roberta Metsola ne l'empêchera pas d'accéder à la présidence du Parlement européen
©AFP
Le suspense quant à l'identité de la personne qui succédera, ce mardi, au défunt David Sassoli à la présidence du Parlement européen est faible, pour ne pas dire inexistant. Aucun obstacle sérieux ne barre la route à l'eurodéputée maltaise Roberta Metsola, candidate présentée par les conservateurs du Parti populaire européen (PPE). Ni la Verte et ancienne ministre suédoise de la Culture Alice Bah Kuhnke, ni l'eurosceptique polonais Kosma Zlotowski (Conservateurs et réformistes européens), ni l'eurodéputée espagnole de gauche radicale Sira Rego, les autres candidats et candidates à la présidence, n'ont la moindre chance de déjouer les...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet